Bon, ch'est vrai qu' ein parle souvint ed' Pâques, mais jamais assez d' chés Chintes (Cendres : ch'a s'ra mercredi prochain). In va chi rééquilibrer tout cha. Mais sins trop faire ech' catéchisse, ein a passé l'âche...

Alors, d'abord, i faut arténir cheule règle ed' Pâques associé direct'mint à ch' mercredi des Chintes. I a des fos, Pâques, ch'est d' bonne heure, et d'autes fos, comme ech' t'année, cha tompe al' fin avril. Faut armonter assez loin pou comprinte. In 325 après nou Jésus (ch'est viux nan ?), dins choqu'ein appelle ein concile (pou résumer : eun' grante réunion ed' cates de ch' clergé), i avot été décidé par ech' Grand Maîte ed' l'époque, Constantin Ier, qu' cheule fête ed' Pâques alle viendrot à ch' premier diminche ed' Plân'ne Leune qui vénot après ch' l'équinosse de ch' printemps. Ch'est pa facile à arténir tout cha... El Plân'ne Leune, à part chés gardiniers (et core, pas tertous !) id' n'a pas gramint qui n' sav'nt et l' z'équinosse, à part chés péqueux in mer, chés marins, tout l' monte i s'in fout un tiot peu. Mais arvénons à nou jour d'atau (un jour ed' fête in général). Bon, z'avez compris asteure ? Sinon, arténez jusse equ' Pâques ch'est toudis intre ch' 22 mars et ch' 25 avril (comme ech' t'année).

Chés Chintes, ch'est l' mercredi d'avint ch' diminche du Carême (quarinte jours avint Pâques). Et pourquo qu'ein dit chés Chintes ? Et bein, ch'est tout simpe, passque ech' curé, d'jà à l'époque mais je n' cros pus qu' ch'a s' pratique jordhui, i appliquot su ch' front d' chés fidèles des chintes. Ch'est drôle cha, nan ? Et bein, nan, pas tint qu' cha. Ch'tot symbolique, comme el' pupart ed' chés rituels d'églisses, et par sin geste ech' curé i rapp'lot à ch' "chinté" qui n'étot qu'eun' pluque (poussière, dins nou patois). Mais ch'a n' s'arrêtot mi là... Vous vous in doutez. Tous chés parossiens, ech' t-à-dire, quasimint tout l' monte, i z'allott'nt dévoir bétôt faire abstinince, es' priver quo. Et pas ed' n'importe quo : de l' viante notammint, même si in sait qu' ch'tot ed' tout' façon réservé à chés possédints, cheux qui avott'nt de l' canche d'in mier (minger) ed' timps en temps, et bein là, i devott'nt passer out ! Sans viante, id' n'a certains qui pinsott'nt es' rattraper vecque chés uefs (oeufs dins nou patois). Là incore : parelle, défindu, tout comme ech' lait. Ch'tot ein vrai régime forcé ! Et comme cha pindant quarinte jours, et dins des mos frods in plus... Eun' sémaine, ch'a aurot largemint suffi, id' n'a qui s' dijott'nt sûr'mint dins lu coin. Mais ch'est bein passqu'i n' savott'nt mi qu' ch'tot toudis in référince à nou Jésus : et ouais, ch'tot cinsé évoquer chés quarinte jours qui avot resté dins ch' désert. Heureus'mint qu' ch'a a pas duré deux ou tros mos d' plus !! I minqu'rot pus qu' cha...

Donc, chés chintes, ch'est vu. Mais choqu'ein artient pus facil'mint dins ch' calendrier, ch'est la veile, ech' fameux Mardi-Cras, qui étot par définition ech' dernier jour duqu'ein pouvot s' "lâcher" avint cheule grante période ed' privations. Ein s'arringeot pou s'in mette, comme ein dirot core jord'hui, "plein s' guife !" Ein n' ravisot pas dins chés placards (ch'a n'existot pas core !) mais ein sautot su l'occasion pou minger bein cras, et d'jà dins ch' temps-là, ein faijot chés bons beignets (j'arsins l' bonne odeur d' cheule friture chés mes grinds-parints, où tout' l' famile alle s' réunichot pou l'occasion), chés aliettes (in patois : nou crêpes...). Ej' me doute bein qu' id' n'a gramint qui étott'nt contints final'mint que chés Chintes i comminchott'nt el' lend'main : fallot digérer tous chés écarts, savez !
El' religion, alle étot pas si obtue qu' cha, passqu'alle avot quind même pinsé à faire faire eun' pausse à chés gins qui devott'nt quind même crevé la dalle, comme qu'ein dirot jord'hui. Alorsse, ch'est comme cha qu'est née el' fameusse Mi-Carême, à peu près à l' moitié de ch' parcours (précisémmint ech' quatrième jeudi après ch' début du Carême), comme sin nom i l'indique. Et là, rebelote, ein r'mettot ch' couvert et in s' rimplichot à nouviau s' panche.

Autour ed' tout cha, i avot choqu'ein connot bein "Là-haut", dins nou Nord-Pas-d'-Calais, ej' veux parler d' chés carnavals qui v'nott'nt es' greffer là-d'ssus. Ch'a précédot toudis el' fameusse date fatidique de ch' Carême, ch'a durot quéques jours. Eun' nuance toutefos : ichi, pus rein à vire vecque el' religion : ch'tot vraimint eun' fête païenne. In général, ch'a durot tros jours. A ch' Moïen Ache, ein app'lot cha ech' "Carême-Prenant" : libations, excès in tout genre, ch'a d'vot donner dins chés rues...
In gros, ech' principe ed' chés Carnavaleux ed' l'époque, ch'tot d'inverser chés cotes (codes). Ch'ti qui d' n'avot plein ses poques, i juot ech' pouilleux, ech' crapé, et à l'inverse, l'aute i s' prénot pou ein "Monsieur".

Chés Chintes, Carême, Pâques, Mi-Carême, ch'a a traversé chés sièques, même si asteure ch'a n'a pus tout-à-fait el' même résonince, el' même signification. Enfin, choqu'y a d' bein quand même, ch'est qu' souvint, ch'a permet à chés familes ed' s'artrouver autour d'eun' bonne tape et pis pourquo pas, s'armette un tiot peu in question, in s' dijant, qu'ein n'est vraimint, comme je l' rapp'los pus-haut, qu'ein soit croïant ou païen, et bein qu'eun' buque dins l'univers...