(Vl'a l' suite... et fin !)

Mineur de la compagnie d'Anzin"Min Pépé, i s' leva d' cheule vieile cayelle in bos, in lâchant ein tiot râle à l'effort.

- T'as d' mau à tin dos Pépé ? qu' j'i d'minda inquiet de l' vire souffere (souffrir)
- Oh, té sais, min tiot, tin Pépé, i est mate, i est usé, mais ch'est mi grafe, j' vas moins vite mais j'y arrife core...
- Et bein pourquo qu' t'es n' t'arposes mi, hein Pépé ?
- Hélas, em' carcasse a n' na vu d' toutes chés couleurs. Cha n'arviendra mi comme cha. Mais parlons d'aute cosse, té veux. J'arviens, resses-là, j' m'in vas querre à boire."

Jé l' ravisos s'in aller tout duch'mint vers ech' rabattu. Ch'est vrai qui marchot pas vite min pépé. Mais ch'tot min héros, ch'ti qu' j'avos pus quer. Chinq mineutes pus tard, i arsortit vec' un viux plateau rond, chulquel i avot installé deux verres, eun' tiote guiguite pou li et eun' citronate pou mi. I s'asseya in face ed' mi, pis i m' présintat sin poing fermé, comme quand ein muche quetcosse qu'ein veut offerre à quiquin.

- "Souffe ed' ssur min tiot, qui m' dit alors, in rapprochant es' manée (ech' contenu de ch' poing freumé) de m' bouque
- Mais, ch'est t' monte (montre) cha hein Pépé ?
- Asteure, ch'est l' tienne Jacky. Prinds-in soin, cha vient d' min père. Alle n'artarde pas d'eun' méneute té sais, ch'est de l' bonne mécanique cha."

J' ravisos cheule monte à gousset, j' l'armercia pis je l' glicha dins l' poque de m' maronne. Pindint un tiot momint, ein étot là, tous deux, à léquer nou verre trinquil'mint. J'tos fier comme tout. Et ch'est là qu' min pépé i in profita pou m' dire :

" - Duqu'ein ein étot arrêtés min tiot ?
- Et bein, té m' dijos que ch' carbon, ch'tot comme ed' z'impreintes du timps d'avant.
- Ah ouais. Alors, té vos, sins tout cha, sins ch' carbon, ein n'in s'rot mi arrivés à c' qu'ein appelle ech' progrès. Et ouais, ch' carbon, ch'est l' "sang ed' nou monte moderne". Sans li, té vos min tiot, chés locomotifes i n'arrott'nt jamais avinché, chés grintes quéminées qu'ein peut vire ed' timps in temps dins chés z'usines, parelle : pus d' production. Et chés paqu'bots alorsse ? Core parelle. Pis, ravisse, chés pieds t' tape, ch'est du fier (fer), et bein, ch'est core grâce à ch' caillou noir qu'ein fait teurner chés fourneaux. Parelle pou ch' verre, et tout plein d' cosses. Ah, té sais, mi, à m' manière, j'sus fier d'avoir apporté un peu d'iau à ch' molin...
- Et mi, Pépé, quand j' s'rais comme ti, est-ce que j' porras aller n' n'ein querre aussi du carbon ?
- Ch'est l' fin d'eun' histoire Jacky. Quand t'aras fini l'école, sûr'mint qu'ein intindra pus ed' trop parler de ch' carbon. Du moins, ein n'in r''montra ed' moins in moins. El' neuvelle énergie, ch'est ch' pétrole. Cha va rimplacher tout cha p'tit à p'tit. Pis après, quand qu' ch'est qui n'ara pus d' pétrole, i faudra treuver aut'quosse. Et ainsi d' suite. Rein n'est éternel, té sais.
- Ah bon, ech' carbon, ch'est bétôt fini alors ?
- Et ouais, qui dit min Pépé in teurnant dins s' main sin vieux béguin. Ch'est eun' neuvelle ère qu' t'es vas connaîte là...Mineur et reculeur de charbon dans une petite taille
- Parles-me z'in core de ch' carbon Pépé.
- D'accord. Bein, té vos, ein peu avant l'époque où chu né, dins chés villes, in veyot ed' timps in temps des réverbères qui leumott'nt (éclairott'nt) chés rues et ruelles. A t' n'avis, grâce à quo ? Toudis ech' carbon ! I n'avot mi d'ole (huile), ni mèche, mais jusse un jet de gasse (gaz) qui faijot des flammes blanques. Ech' gasse-là, ein l'obtenot in cauffant ech' carbon jusse qu'à qui d'vienche tout rouche, et tout cha dins choqu'ein appelle ed' z'hauts-fourneaux in fonte. I n'avot mi d'air qui passot et des rutes buhots (tuyaux), sous l' tierre, i trinsportott'nt ech' gasse ed' l'usine à tous chés quartiers d' chés villes. A l' nuit, ein euvrot chés vintels (vannes), et ch' gasse i passot, et comme i avot eun' tiote lanterne alleumée à tous chés réverbères, cha s'alleumot 'tomatiqu'mint.
- Mais ch'est magique cha, hein Pépé ?
- In quéque sorte. Et té sais commint qu' cha s'app'lot ech' carbon qui avot servi à faire ech' gasse ? Du coke min tiot.
- Ah, bah si, ej' connos cha Pépé. Ein n'ein bot des fos. Ch'est vrai qu' cha a l' mânme couleur que ch' carbon el' Coca
- Nan, min tiot. Ch'est mi l' mânme, qui m' répondit in rigolant. Ech' coke, es' couleur, ch'est l' gris d' fier, cha dégache grindmint pus d' caleur que ch' carbon d' bos, mais cha a du mal à printe, pis à breuler. A l'époque, i s'in servott'nt pou chés étufes (poêles flamands). Es' n'avintache, ch'tot ed' pas trop finquer et surtout d'ête moins brousant (salissant).
Mineur de fond- Mais Pépé, ein dirot qu' t'es comme min maîte à l'école. Ein n' n'apprinds vec' ti, té sais.
- Exagères pas min tiot. Allez, j' vas chi terminer "min cours" alors. Bon, t'as arténu pou ech' carbon, ch' coke, el' gasse. Ein va finir vec' ech' terque (goudron). Li aussi, à l'époque i d'vot es' n'existince à ch' carbon. In même temps que ch' gasse, i s' dégageot d' chés fourneaux duqu'ein cauffot ch' carbon, eun' matière noirte qu'ein app'lot ech' terque. Normal'mint, à part es' salir vec cheule matière poisseusse-là, ein n'arot jamais pu imaginer l'utiliser. Et bein si. Chés z'industriels ed' l'époque i s'in sont servi pou faire chés couleurs d' chés soieries, et d' choqu'ein app'lot chés indiennes, ou core chés belles teintes ed' chés rubans. Alors, té vos, ech' carbon, ch'est tout cha min garchon..."

Min pépé et mi, ein s' leva ed' nou cayelle, pis ein rintra dins l' mason, ch'tot l'heure ed' boire eun' goutt' ed' jus, momint qu' min Pépé i n'arot loupé pou rien au monte. Su l' tape, dins ch' salon, em' Mémé, alle avot intallé eun' tarte aux fraisses de ch' gardin, chés jattes (tasses), des verres, pis eun' boutelle pou chés gosses qu'ein étot mi et min jônne frère. Min Pépé s'impara de l' boutelle ed'... Coca, m'argarda et pis m' dit, in m' faijant ein clin d'eule :

" - Alors, min tiot, t'in veux un verre ed' jus d' Coke ?"