dsk fumant la pipeOuais, ej' sais, j' n'intinds d'jà em' dire "Bah, la vinguette, ch'est osé comme artique !". Mi j'aros invie d' réponte alors : pas tint qu' cha, ch'est mi de ch' bonhomme à côté là, qu' j'ai invie d' parler, mais plutôt d' choqu'i mette dins s' bouque... Et ouais, après in dira core qu' nou DSK i a pas querre... chés boraines ! Passqu'asteure, vos savez ed' quo qu' j' vas chi vous causer. De l' boraine (quand alle est in tierre) ou de l' teuche (in bos).

Bon, j' k'minche par mette de l' leumière su ch' sujet. Eun' boraine ? Ech' mot-là, i nous arrife ed' chés Belches, du Borinache exaquet'mint. Borinage, boraine... Cha y est, ch'est dit, vos avez tot-d'suite compris ! Asteure, montez vec' mi dins m' carette à r'monter ch' temps. Allez, hop, nous v'là à ch' 17ème sièque ! Nou boraine, alle a pas gramint bonne presse. I n' faut mi longtimps pou l'associer à de l' vulgarité, tot jusse bon pour chés débauchés, chés moins que rein. D'ailleurs, cha f'ra l' bonheur d' chés peintes, qui n' minqu'ront jamais d'inclure ech' t'objet-là dins lu toiles, et très souvint dins chés scènes ed' fêtes paillartes, ou dins chés estaminets.

Ed'puis qu'ein sièque pus tôt, ech' toubaque i nous étot arrivé d' chés z'Amériques, v'là ti pas qu' chés pipiers i poussott'nt comme des chimpignons, surtout autour d' chés rivaches (ports), car ch'est d' là qu' nou toubaque i arrivot par batiau. Ch'est nos vosins, chés z'Inglais qui ont k'minché à mette el' boraine à l' mote (vers 1575). A ch' t'époque-là, sot dit in passant, ein n'app'lot pas choqu'ein allot mette dins nou boraine, du toubaque, mais ed' "l'hierpe à Nicot". Ch' t'à causse ed' li, in gros, qu' chés tabacoloques i doiv'tt'nt lu métier ! Ed' chés rivaches, ech' métier d' pipier, i va s' déplacher à l'intérieur d' chés tierres, notamment chez nou vosins chés z'Ardennais (ein in troufe el' trache dins chés z'archifes in 1677).fumeur de pipe au Portel

Chés boraines, alle z'étott'nt produites dins chés manufactures, et tout cha in série. A Givet, dins chés z'Ardennes, à ch' 19ème sièque, ein fabrique jusqu'à chint mille boraines par jour ! (Plus qu'à ch' bos d' Boulogne ! comme i dirot sûr'mint min camarate Minloute...). Pis, tout duch'mint, cheule technique alle va s'améliorer et cha va d'minder eun' main-d'oeufe spécialissée. Ainsi, ein treuv'ra des mouleux, ed' z'émailleusses, etc... Passque l' tierre ch'tot pas commote à oeuvrer, surtout qui fallot insuite faire in sorte que ch' trou i résisse, et surtout qu' cheule tierre alle n' campe (éclate) mi. Pou l' tierre d'ailleurs, ein n'utilisot mi d'argéron (argile), i fallot de l' tierre vraimint fine, sins fier (fer). Et comme à Dunkerque, l' tierre alle n' conv'not pas d' trop, ch' l'activité alle allot bein vite s'arrêter. Ch'tot putôt d' l'argéron blanque qui fallot, et cha ein in treuvot gramint chez nos vosins, dins chés z'Ardennes belches.

J' vos passe chi chés détalles ed' fabrication, mais j' l'ardis core, ch'tot un métier duqu'i fallot avoir de l' dégaine (ête habile). Eun' fos démoulées, chés boraines alle z'étott'nt misses à séquer pindint plusieux jours. Après, ch'tot l' momint du glassache à l' pierre d'agate. Et passque j'a querre rappeler l'utilité d' nou carbon, i faut chi arténir qu'à ch' début, i fallot cuire chés boraines pindant eun' vingtaine d'heure pou tros chint degrés d' caleur. Ech' carbon, i a v'nu faire gagner du timps, in proposint ses mille degrés !

tête de pipe en terre (reine)I avot différintes sortes ed' boraines à l'époque, et eun' flopée d' décorations. Chés pus courintes, ch'tot des biscuits (eun' seule cuisson). Pou l' z'émaillées, i fallot arfaire eun' cuisson d' pluche. L'avintache de l' boraine, donc faite in tierre, ch'tot el' z'aromes qu' cha laissot quand ch' l'homme ou l' fânme i finquott'nt. Pou chés modèles, id' n'avot qu'ein app'lot El' Lyonnaisse, El' Marseillaisse, l'Inglaisse... Et pis, mi, choque cha m'évoque el' boraine, ch'tot chelles qu'al' ducasse, amon de ch' stand ed' tirs, qu'ein pouvot dégommer à l' carabine à plombs. Quand t'avos gagné, ech' forain, i t'armettot eun' rute fleur in pleumes ou in plastique à m' n'époque ! Je m' souveins notammint d'ein mononque (Freddy) qui étot un sacré dégommeux d' boraines.

J' vas chi finir ech' tiot artique vec' eun' espression bein connue, et mi j' l'imploe souvint, "Casser es' boraine" : là cha nos vient de ch' 19ème sièque, quand qu' ch'est qu'ein inhumot ch' mort vec' eusse boraine (éteinte quand mânme !). J'aros bein dédié m' n'artique à DSK, mais, comme i dis'nt à l' télé : respectons el' présomption d'innonchince... Té parles !