Ch' t'in arlijant un viux artique écrit par Jean-Pierre Roger (dont je m' sus largemint inspiré) su ch' t'homme-là qu'est Paul Baras, qu' j'a voulu em' pincher su ch' poète. Ouais, ch'est vrai qu'asteure, id' n'a pus gramint qui s'intérech't'nt à l' prose, à chés poètes, pourtant, ch'a resse bein souvint des rutes témoignaches ed' vie vécue. Mais, putôt qu' s'éterniser, découvrons tot-d'suite nou Paul Baras.

J'aros bein eu querre illustrer min propos vec' eun' photo de ch' l'artisse, mais j' n'a pas eun' seule dins mes archifes et je d'na pas treuvé non pus su ch' l'arnitoile. Tant pire, ein va s'in passer et pis i ara qu'à s' l'imaginer vec ech' portrait qu' j' vas tinter d' vos faire asteure.

Là, ein est à Liévin, dins ch' quartier qu'ein app'lot "Vieux coron d' Calonne", el' 29 jinvier 1886, cha y est, Paul Baras i est né, dins s' mason, comme quasiment tertous à l'époque. Eun' infance comme es' z'autes gosses de ch' coron, pis cha k'minchot à sintir ch' l'ouvrache qui allot bétôt falloir faire pou mette ech' burre dins chés z'épinaches. Adolescint, nou Paul i "déchint" au fond du 2 (ed' Calonne), pis à 19 ans, ein l'artroufe, toudis au fond, mais au "chinq" d' chés Mines ed' Liévin. I grimp'ra quéques marches pou li arriver porion.

Et v'là t'i pas que l' Grinde Guerre alle s' déclinche ! Hop, direction ech' Tarn pou nou jeune homme, et 'reus'mint pou li, i s'in sortira vivint. I décroch'ra es' médalle du Traval (chelle in or) et pass'ra tous' vie à Liévin.

In plus d'écrire de l' poésie (patoisante, i va sins dire !), i avot querre el' musique. Et ch'est tout naturell'mint qu'ein l'artreuv'ra dins l' Fanfare ed' Calonne et ein peut même chi dire qui étot véritab'mint à s' plache, passque ch'tot li qui l'avot créée cheule Fanfare-là... Bref, eun' vie ordinaire, tout' simpe mais à chulquelle in dot quéques paches ed' poésies intéréchintes. J'in mets qu' tros et j' vos laisse insuite tinter ed' découvrir el' z'autes, et j' vos prie d' croire qu' ch'est mi facile de l' z'est treuver.

 

L' Ducasse à la mode de Liévin

Des fêt's connues dins nos pat'lins,
L' pus in vogue, ben sûr, ch'est l' ducasse.
Tout l' monn' aim' ben les baraquins
Qui vien't s'installer sur la place.

L' ducass' ch'est l' journée de l' gaîté.
Dins ch' villach' tout l' monne est in fête,
Chacun trait' ben ses invités.
Ch' t' habitud' là toudis s' répète.

I faut èt' ben pauf' ech' jour-là
Pour dir' que dins chaque ménache
In n' faich' point d' tart's, car i n'y a qu' cha
Pour dir' rint' les infints bénaches.

Deul' tarte à pronn's et à rojins,
In s'in pourlèqu' longtemps d'avanche.
Qui ch'est d' nous aut's étant gamin
Qui se n'd'a point foutu plein l' panche ?

Pour l' ducass' tout est sins d'sus d'sous
Que d'ouvrach' pour les ménagères !
L' wassinqu' a passer tout partout,
I faut que tout passe à l' caudière.

Ch'est l' jour des crèm's ! Rassurez-vous
I n' périra qu' lapins et poules,
Car pou l' ducasse in prévoit tout.
Que d' douch's séquois c' jour-là s'écoul't.

I n' manqu'ra rien, tout s'ra fin prêt,
Aussi, joyeux, in s' met à table,
Et quand in s'ra ben régalé
Chacun dira s' couplet conv'nable.

Pour dir' dérouiller les gosiers,
In débouch'ra eun' bonne boutelle,
Après l' café in peut l'y aller,
I c'minche à trouver la vie belle.

Les cabar'tiers qui sont malins
Ont installé des jeux d' fléchettes,
Histoir' d'arténir-là les gins
Pour boir' de l' bière à plein's canettes.

Mais j' trouv' que l' pus bel' amus'mint
Quand in a dîné bin tranquile,
Ch'est d'sin aller, les goss's pa l' main,
Faire eun' tiot virée in famile.

Pour jouir ed' l'admiration
Des infants d'vant les mill' leumières,
Illuminant l' s'installations
Des faijeux d' jeux, sus l' place intière ;

Ichi, ch'est l' carroussel-salon,
Rayonnant d' ses reflets magiques,
Là, ch'est Guguss', un pau pus lon
Les automobil's électriques.

Eun' tiot baraqu' nous fait frémir.
On s'y r' présinte un homm' sauvache.
I est tout noir, on rint' pou l' vir
Minger ch' lapin tout cru dins s' cache.

In fait un tour ed' tourniquet
Avec un pourcheau comm' monture.
In dévallant, pou s' régaler,
Pour dix ronds on minge eun' friture.

V'là l' cirqu' qui fait s' réclame aussi.
Acoutez l'éclat de s' fanfare.
L' parad' fait l'amus'mint des p'tits.
In ravisse in saquent l' cigare.

In va tirloter pou l' vaisselle
- Cha ch'est l' bouquet -, in s'ar'n'allant,
Heureux si qu'in arriv' gagnant
D'eun' pair' ed' vas's ou d'écuelles.

A moins qu' cha fuch' un bout d' nougat
Au ben eun' keuch' ed' pain d'épice,
Pour l' bonn' grand-mèr' qu'in oublie pas :
Bonn' viell', cha li f'ra sin délice.

Puis ch'est la dans' pour les jonn' gins.
Au bal in profit' de l' ducasse,
On s'in donn' là jusqu'au matin...
Pindant qu' tout s'indort... sur la place.

 

El' coulonneu

I faut l' vir in rintrant de l' fosse ;
Il n'a mêm' point l' temps d' boir' ed' jus,
Avant mêm' d'imbrasser sin gosse
I d'mand' si l' bleu est arvénu.
Car pour li ch'est tout un ouvrache
Tout sin plaisi' ch'est ch' s' pigeonnier.
I n' s'occup' pus de s' n'intourache
Pourvu qui vot ses bièts voler.

Un pigeonnier, ch'est un mystère.
Pour un coulonneu averti,
Il est prévoyant comme un père
Pour ses coulons gros ou pétits.
I n' boug't té point quand i l' s'attrape
Et ses pigeons l' connot't si ben
Que rien qu'à l' vir passer à l' trappe
I vienn'nt li minger dins ses mains.

I faut les vire les jours de joute
Pour l' concours, les bêt's au panier.
Les coulonneux arpint't el' route
Dins l'espoir de fair' des premiers.
Aussi ils aspir't el' diminche
Pour lancer leurs meilleux pigeons.
Sitôt que l' concours i comminche
Ch'est un branl' bas dins les corons.

I n' faut pas printe pour jeu futile
L' coulonneu qui s'acharne ainsi,
Avec ses osiaux si dociles
Qu'il entraîne dins tout l' pays.
Ils sont même util's à la France :
In a vu l' coulon à l'honneur,
Ch'étot l' seul' espérance
Des assiégés, des défenseurs.

 

L' Galibot

El' galibot, ch'est li qui roule
Les lourds barous rimplis d' carbon.
Il est subtil, ch' n'est point eun' moule
Et il est fier d'aller au fond.

Il sait ben qui faut qui s' dégroule
Dins les bowett's, dins les voies d' fond.
L' métier est dur, d'vant li s' déroule
Un av'nir au sombre horizon.

Tout jeune i déchint là, pauf' gosse,
Fagotté dins ses loqu' ed' fosse,
I sait qui dot gagner sin pain.

Sin rêv', ch'est d' rimplacher sin père
Al' vein' dus' qu'il a fait s' carrière.
Ch'est cha qui t' fait honneur, gamin.


Paul Baras nos a quittés el' 20 juillet 1969, à Liévin. I étot quind même dins s' 84ème année, et ch'tot assez rare à l'époque pou chés gars qui étott'nt déchindu au fond tout lu vie... Asteure, si i vous arrife ed' passer du côté de l' rue Pasteur à Liévin et pis qu' vous vous arrêtez à ch' "Centre ed' Loisirs Paul-Baras", vous saurez qui ch'a n'est qu' ch'étot que ch' gars-là. A noter qu'ein artrouve égal'mint eun' rue Paul-Baras dins l' ville voisine ed' Lens.