veillée à la cheminéeNormal'mint, j'aros pas du écrire cha in ch' momint, mais vu qu'ein est chi arvénu in automne, vec sin lot d' neuées (nuaches) et s' pleuve, j' vas essayer d' récauffer l'atmosphère in vous causant de ch' l'étuve.

Quocha n'est qu' cha qu'eun' étuve ? Ch' n'est mi pou faire léver l' pâte ou core pou attraper eun' bonne suée, nan, dins nou tiot pays, ein dénommot étuve (ou core étuf'), ech' poêle. Comme d'habitute, ein va aller r'vire commint qui faijott'nt nou z'incêtres quind "ch' temps i arfaijot à s' mote", quind ch'est qu'ein avot frod, même des fos, comme asteure, in plein mos d' juyet.

veillée à la cheminée 2Allez, ein comminche vec un tiot peu d'histoire. Vos z'aurez armarqué qu'asteure cha arrife qu'ein nous d'minde : "Ed' combien d' gins i est composé vou foyer ?" Foyer... ah ch' symbole. Ech' foyer, ch'tot duqu'ein s' récauffot tertous et tertoutes, et ch'tot tell'mint important qu' ch'est comme cha qu'ein app'lot chés masons avint. Et core pus in arrière, ein intindot parler ed' feux, toudis in référince à ch' l'âtre dé l' quéminée... Asteure, dins pas mal ed' masons, in peut treuver des qu'minées, souvint freumées pou eun' meilleusse diffusion de l' caleur, mais core, des fos, ouvertes direct'mint, comme ed'puis longtimps.

Mais arvénons à nou étuve. Dins ch' Nord, ch'tot précisémint ech' poêle flamand. Id' na sûr'mint qui z'ont connu cha... Même mi, du haut d' mes quarinte et un ans, j'a ch' souv'nir ed' cha. Dins l' pétite classe, dins ch' miyeu, y'avot eun' étuve qui cauffot l' pièche tout' intière. Min biau-père, li, i m' racontot qu'à s' n'époque, ch'tot parelle, vec ein détalle tot'même, ch'est que ch' bos i d'vot non seul'mint ête carqué (chargé) par chés z'infants, mais in plus, ch'tot à chés parints ed' fournir, chacun lu tour, ech' bos nécessaire au cauffache. Jord'hui, ein n' pourrot mi imaginer not' tiot vec eun' boussole (bidon) ed' fuel dins s'main et pis dire : "Tiens, maîtresse, j'a ram'né chi em' n'obole, chinq lites ed' fuel pou l' caudière !". Nan, asteure, ech' cauffache i s'a trinsformé in "Cauffache cintral" : ch'est quand même pus pratique, et surtout moins usant.

cheminée ancienneSi ein armonte dins ch' temps, ein s'aperçot assez vite que l' quéminée tot' machenée (maçonnée), ch' n'est pas si viux qu' cha. Jusqu'à ch' 12ème sièque, pou récauffer ses petons pi l' reste, ein utilijot chés brasiers, ch't'à-dire des tiotes carettes rimplies ed' braisses qu'ein faijot birouler (rouler) ed' pièche in pièche. Ein sièque pus tard, amon d' chés possédants (seigneux, gins riches...), chés qu'minées i font lu intrée et pis, ej' peux vos dire quà l'époque cha s' veyot eun' quéminée, cha avot des diminsions ed' diape ! Dins certains catiaux, in peut core in vire el' trace. Chés serviteux i d'vott'nt parfos intiquer des troncs d'ape ed' deux à tros mètes ed' long pou qu' chés "patrons" de ch' temps-là, i puch'tent (puissent) non seul'mint es' récauffer dins lu pièches qui faijott'nt quéque fos deux ou tros chintaines ed' mètes carrés ! Mais cha servot aussi pou ch' cuisache (cuisine), passqu'à ch' t'époque-là, ch'tot pas rare du tout ed' cuire, tout intier, ech' buef (boeuf), ech' pourchiau...
Comme cha mingeot quind mânme un peu trop d' bos, nou qu'minée, alle s'a améliorée vec ech' temps. Bétôt, pou augminter ech' rayonn'mint de l' caleur, ein va y mette dins ch' l'âtre des plaques ed' fonte. Dins certaines vieiles masons ed' nou Nord-Pas-d'Calais, in peut querre (tomber) su des grintes qu'minées défiquées (ouvertes) où chés gins, i z'avott'nt querre (aimer, dins ch' sens-là) rintrer d'dins, pis poser lu cantiaux (fesses) su des bincs-coffes (bancs-coffres), des fos i z'étott'nt à tros ou quate, à côté de ch' fu ! Ch'est d' là d'ailleurs qu'alle nous vient ech' l'espression "Parler sous ch' minteau" (ed' quéminée !).

cantouId'na p' tête qui s' souviench't'nt ed' cha : jusqu'à chés z'années trinte à peu près, dins nou campagnes arculées, chés gins qui z'étott'nt autour de l' quéminée, humant ech' bon sintimint (odeur) de l' rassaquée (potée d' légueumes et d' viantes) qui cuijot à p'tit fu dins l' grosse marmite pindue à l' cramelie (crémaillère), cheule vieile matante qui rassarcichot (du verpe rassarcir : repriser) chés loques, es' manman qui touillot l' soupe dins chulquelle alle armettot ein morciau d' lard... Mais chés z'heures ed' nou qu'minée, alle z'étott'nt comptées ! Cha allot sérieus'mint es' moderniser ch' t'affaire-là ! Chés conduits, i z'étott'nt ed' pus in plus élaborés, dins l' but que ch' tirache i sot bon, mais surout pou impêcher el' finquère d'ardéchinte pou invahir el' pièche.

poêle flamandPis, ar'vlà nou cher carbon à ch' 19ème sièque, qui, li, va core am'ner du quing'mint à ch' cauffache. D'abord, ch'tot pus facile de s' procurer du carbon qu' du bos, pis ch'est même dév'nu bon marché. Dins chés viux Rustica, qu'est-ce qu'ein pouvot treuver comme réclames pou chés caufferettes, étuves et autes poêles in tout genre ! Id' n'avot ed' différintes qualités, des "à carbon", pis des "à bos", et pus tard, cha f'jot les deux à l' fos. Comme asteure, côté qualité, in trouvot de l' tôle : ch'tot pas querre à l'achat, cha dégageot rapid'mint de l' caleur mais cha n' durot pas longtimps. Pus rares, i avot chés poêles in tierre cuite, là cha cauffot tout duch'mint , mais cha gardot el' caleur. Pis, et surtout, i avot chés fameux poêles in fonte, nou étuves, et là, ch'tot c' qui avot d' miux (core asteure, d'ailleurs !). Comme in n' pouvot pas forchémint installer des conduits d' quéminée dins toutes chés pièches, chés constructeurs, i z'avott'nt même invinté choqu'ein app'lot eun' Salamante (Salamandre), eun' étuve qui gardot parfait'mint el' caleur. Ainsi, dès qu'i quingeott'nt ed' pièche, chés gins i faijott'nt avincher lu Salamante vec' eusses. Pratique ! Enfin pratique, si ein veut, passque derrière cha ed' z'ingénieux, ech' progrès, tout cha quo, i z'aront eu raison ed' tout cha in créant d' choque j' parlos un peu pus haut : ech' cauffache cintral ! Mais là, ch'est mi la peine ed' vos espliquer commint qu' cha marche, tout l' monte i connot, nan ?chauffage central

Allez, j' m'arvas mette eun' buchette dins m' quéminée, pasque mi, j' troufe qu'i arfait "frèque" là-d'dins. A bétôt mes gins, pou eun' aute messe basse... sous ch' minteau !

Photos 1 et 2 : Avant ch' l'écran plat ou... ch' l'Arnitoile !
Photo 3 : mi, j' s'ra d'vant dins chinq mineutes...
Photo 4 : cantou, cliché du Cantal, où i in resse pas mal.
Photo 5 : cheule fameusse étuve (poêle flamand)
Photo 6 : là, t'appuies su ch' bouton, et cha s' met in route tout seu ! Cheule qu'minée, alle n'a fait du... qu'min !