Quelques outils de chaudronnerie (1)M'arv'là ! Bon j' vas pas chi vous mintir in vous affirmant qu' vos n' m'avez mi minqué... Ch'est pas de m' faute, ch'est ch' temps qui passe trop vite ! Bref, j'arssus bein prêt et surtout fin bénache d'arprinte em' pleume électronique pou vous invoyer, via ch' l'arnitoile, ed' neuvelles z'historiettes.

J'arcomminche vec' un métchier qu' tertous i connot. Mi, in tout cas, ch' tot ch' ti d' min taïon maternel (Marcel). I a fait cha tout s' vie et pou CDF Chimie (in gros, eun' branque d' chés Charbonnaches) à Mazingarpe. I étot cauderlier. Quocha n'est qu' cha ? In va l' vire tot' d'suite mes aminches...

Etau de chaudronnierJ' vas chi vos aider. Pou ch'ti qui arot eun' quéminée à s' mason, ej' sus quasimint sûr et certain, equ' sur' ech' mintiau, i traîne (p'tête à côté d'eun' lampe ed' mineur) eun' viele cas'trole in cuife (cuivre), ein pichet in étain, etc... Et bein, vos y êtes, j' vas chi vous causer ed' chés chaudronniers (in bon frinçais, comme i disott'nt ed' certains...). Et comme ch'est un vaste sujet, ej' vas core ête obligé ed' faire un tiot peu d'histoire, mais pas gramint quand même, jé n' voudros mi vous noïer !

Cauderlier. Ech' métchier-là, ed'puis s' n'origine (plusieux millénaires), i ara su traverser tout' chés z'époques. Je n' pariros mi qu' vos n'arott' pas (ou n'arot'nt pas éhu) dins vos familes respectifes, ein cauderlier. Allez, ein s' jette à l'iau camarates !

Jost Aman, le batteur de cuivreEin est là, fin bein intiqués (enfoncés) dins la Haute Intiquité et quo cha n'est qu'ein peut vire ? D'abord, ch' t'avec ech' cuife qu' nou bons z'hommes i oeuff't'nt (du verpe oeuvrer, travailler). A ch' t'époque-là, cha avot d'jà querre de s' batte et chés guerriers i s' défindott'nt d' chés borgnons (coups) archus vec' lu bouclier. Asteure, chés CRS, lu leurs i sont in plexiglas et autes matchières composites, mais dins lu temps à eusses, chés boucliers i z'étott'nt faits grâce à ed' z'alliaches (notammint ech' cuife et ch' bronsse). Tout i étot arlouqué (frappé) à l' forche des pognets (poignets). Insuite, nou cauderlier i assan.not (assimbler) chés plaques à l'aide ed' chés rivets ou chés archuqures (soudures). Pis, i fabriquot tout' un tas d'agobiles (objets divers et variés). Cha allot du co (coq) qui allot finir es' vie in haut de ch' clocher in passant par ech' caudron (chaudron) qui, li, pass'rot s' vie dins l' quéminée, occupé à cauffer ou récauffer ech' potache (sot dit in passant, ein dit potache passque ch'tot cuit dins... ch' pot).

Jusqu'à ch' 13ème sièque, ech' gros d' chés cauderliers i oeuvrott'nt quasimint qu'à l' comminte (commande), et notammint (in s'in doutot) pou chés possédints. Tiens, chés bidons (batt'ries d' cuisine), et bein alle z'étott'nt intièr'mint réalisées par eusses. Chés sièques pass'nt, et dès ch' 16ème, ein va k'mincher à vire arriver su ch' marché chés premiers z'alimbics (toudis in cuife, comme asteure du resse) : core ed' l'ouvrache pou eusses !
Comme bein des métchiers, ech' cauderlier i oeuvrot à ch' rythme ed' chés saisons. Si ein s'arrête ein instant à l'époque ed' Noë (Noël) par eximpe (bein ouais, ch'est bétôt !), nou gars i étot occupé à rabloquer (réparer) chés caudrons in vue ed' préparer el' cuisine de ch' pourchiau qu' chés gins i s'apprétott'nt à estoquer (tuer). Et sûr'mint qu'aux Brebis (vieile cité minière ed' Bully-les-Mines mais qui dot sin nom probablemint à l' présince d'él'veux d' berbis dins ch' coin-là), ch'tot el' même quosse mais là, cha s' passot in mai, époque ed' l'année duqu' chés berbis et chés maguettes (chèvres) alle donnott'nt moins d' lait, donc moins d' traval. Pas comme ach' t' heure, où chés vaques alle produis'tt'nt du lait 365 jours par an ! Mais ch' n'est pas ch' sujet...

chaudronnier itinérantDins m' région d'adoption (chés jon.nes i l'appell'nt "le Un-Six", mi ej' dis el' Charinte-Chassort !), ch' tot el' même quosse dins chés vignes : alimbics donc, mais aussi sulfateusses, etc...
Bon, ej' ssus sûr qu' vos vos imaginez là, nou cauderlier dins s' n'atelier, in route à "raccomoder" eun' vieile marmite ou in train d' fabriquer eun' pièche ed' molin pour ech' monier. Ch' tot bein souvint el' cas, mais i existot aussi chés z'imbulants. In effet, cauderlier cha pouvot aussi s'exercer ed' villache in villache, et tout cha ed'puis ech' Moïen Ache. I s' trimballot vec tout sin matériel, à pattes (à pied), in tirant es' n'âne, sin bidet (cheval), ou eun' carette à bras, pis (à partir de ch' 18ème sièque), i chifflot (siffler) dins eun' espèce ed' flûte ed' Pan bein caractéristique. Ainsi, si ein pouvot mette es' n'orelle à l' porte d'eun' mason, ein n'arot pu intinte : "Tiens, Marie, acoute ichi, ar'v'la ech' cauderlier qui passe, vas-y i am'ner tin caudron à rafistoller !".
Mais, comme d'avec tous chés travailleux itinérants, chés gins i s' méfiott'nt quand même (vire el' photo ed' droite). Car vec eusses, i trimballott'nt aussi eun' sacrée mauvaise réputation ed' voleux.

Chaudron de 1723, en plaques de cuivre rivetéesNou Nord-Pas-d'-Calais, et in particulier el' Flandre et l'Artois, vont ête el' destination principale ed' chés cauderliers du Cantal qui, vont émigrer ed' lu Auvergne. Et tout cha dès l' fin du 17ème sièque (1680). I z'avott'nt un point commun, ch'est qui z'étott'nt quasimint tous jon.nes et célibataires. Si id' n'a d'intre vous qui ont fait lu ape (arbre) généalogique, et bein sûr'mint qui z'in ont treuvé ed' z'ancêtres originaires du Cantal. Probablemint qu' vos êtes in train ed' vous ed'minder "Ah, bon ! Mais pourquo cha qu' chés gins-là i z'ont atterri dins nou tiot pays ?". Et l' réponse, mes gins, ch'est l' mânme qu' pour nos amis chés Belches et pis chés Polonais dins chés z'années 1920 : ch' traval étot lu principale motivation. Dins lu contrée, i z'étott'nt espéciallisses (spécialistes) de l' métallurgie, mais, comme asteure vec (presque) toute not' industrie qui s'in va... ailleurs in Europe ou amon d' chés Chinos (Chinois), cha périclitot lu affaire et i fallot bein treuver ed' l'ouvrache ailleurs. Dins ch' Nord, nou artisannat lainier i avot ch' vint in poupe au 18ème sièque. I fallot donc treuver rapid'mint des gins capapes ed' fabriquer ou d'arringer (réparer) chés cardes, chés pointes à déquiqu'ter (faire des chiquettes in gros) el' laine ed' chés berbis, etc. L'opportunité, alle étot tout' treuvée. El' bouque-à-n'orelles (bouche à oreilles), alle a fait el' resse...

Pour le chaudronnier, manuelIn guisse ed' conclusion, ej' voulos quand même dire qu' bein souvint, ein n'est obligé ed' quitter sin pays à cause d'ein traval qu'ein va querre ailleurs. Mi, du côté d' min Pépère Marcel, i z'étott'nt toudis restés dins lu villache (Simencourt, au sud-ouest d'Arras) au moins ed'puis l' fin du 18ème sièque et même sûr'mint ed'puis pus longtimps. Pis un jour, sin père, Auguste Truffier (1889-1961), bein qu' né à ch' pays, et bein, comme es' z'autes, i a du cacher (chercher) du traval. Et ch'est pou l' Compagnie ed' Béthune qui est parti pour ête... Mineur. A l'instar ed' chés Auvergnats, i a sûr'mint dit à sin papa el' jour où i s'in est allé oeuvré à l' Mine : "Oh, j' min vas là-bas P'pa, ch'est pas tout près d' Simincourt, mais j'arviendrais au pays assez vite...". Naturell'mint, vos vos in doutez bein, i a fait tout s' vie à l' Mine. Min Pépère i est né là, pis em' mère, pis mi, min frère, et mes deux suer' (soeurs). Et comme ein arrête pas ch' temps, et bein l' "machine à faire bouger chés gins" alle a continué sin traval. Mi, asteure, ej' sus parti à sept chints kilomètes ed' là... Et mi aussi, j'avos dit : "J' pars mais j'arviendrais au pays dins pas longtemps...". Ch'est vrai qu' des fos in confond facil'mint l'horizon avec un mirache...

                                                    (à min Pépère : Marcel Truffier, 1923-2000)