Poster de classe d'autrefoisI a pusieux raisons pou qu' j'euche eu l'invie ed' faire ech' tiot artique-là. D'abord, passque j'a été récemmint grognon (frustré) ed' n'avoir mi pu assister à eun' esposition à Grenay ed' sur l'école dins l'temps. Insuite, passque l'aute cop, vec quéques z'amisses (comarates) ed' l'arnitoile, ein s'étot arrêté ein momint autour d'eun' question fondamintale : nou "patois" et s' n'av'nir. Ch'tot naturell'mint eun' discussion passionnée et chacun i d'allot de s' n'avis.

Bref, mi, in tous cas, j'y cros à l' pérennité ed' nou lanque. Et j' vas même chi vos dire que si j' povos, enfin, ej' veux dire si j'aros été pus près ed' min pays et non à des chintaines ed' kilomètes ed' là, j'aros sûr'mint "milité" pou essayer ed' faire accepter à chés décideux locaux d'ouvrir pou ch'ti qui in aurot manifesté l'invie, quéques classes où note lanque alle arot pu ête appréhindée ed' manière pédagogique. Mais, bon...

Chromo instituteurIn r'vinche, si i d'vot jusse in rester eun' ed' raison, j' ward'ros (garder) chelle-chi : l'amour de m' lanque à travers l'histoire ed' min pays. Cho qu'ein appelle ech' patois, ch'est sûr'mint pus important qu'ein imagine. Non seul'mint ch'est eun' impreinte généteique ed' nou passé, mais aussi ch'est assurémint el' seu vrai lien d'eun' communauté qui, quo qu'ein intinds cha et là, 'xisse bel et bien !

Mais arvénons à ch' tite. Pourquo cha ech' verpe avoir ? Passque mi, à l'école (et ch'est sûr'mint là el' pus grind ed' mes r'grets), ej' m'innuyos toudis. Cha ne m' plaijot pas du tout, je n' m' sintos pas concerné in somme. J'avos putôt querre apprinte in autodidacte. Mais ch'est vrai qu' cha finit par avoir ses limites...
Je n' diros quind mânme pas qu' cha m'euche marqué ech' t'affaire-là, mais infin, j'a quéques mauvais souv'nirs ed' gravés dins m' tiête. Et ch'est juss'mint ed' cha que j' vas parler asteure.

A l'école primaire, ej' tran.nos (trembler) ed' troulle (peur) à l'idée ed' m'artreuver à ch' tableau. Surtout in arithmétique ! El' seu matchière où j'tos fin bénache, ch'tot l'orthographe et l' grammaire. Alors, j'a eu l'idée d'imaginer eun' interrogation orale de l' maîtresse. Pou vous z'imaginer el' scène, i faut chi arténir, qu' je m' plachos toudis au fond de l' classe, in étant persuadé qu'ein finirot par m'eublier. Mais pas core ech' coup-chi...

L'orthographe facile" - Wallart, au tableau ! Nous allons vérifier votre assiduité à la conjugaison.
- Bein ouais, allez ein y va m'dame, equ' j'y répondis, asteure qu' j'étos plinté ed' vant ch' viux tableau noir, eun' cra (craie) blanque intre mes dogts.
- Vous allez me conjuguer le verbe avoir...
- Bah, cha ch'est facile alors. Mais dins queu lanque ? qu' j'y dit aussitôt pindant que l' resse de l' classe a pissot dins s' marronne.
- D'abord, Wallart, je vous ai maintes fois répété que le patois n'est pas une langue ! Vous allez me faire le plaisir de parler "comme tout le monde", à savoir notre belle langue, le français !
- Bein, ch' t'à-dire, m'dame, que je n' voudros pas vous contrarier, mais cho qu' vos app'lez ech' patois, ch'est m' lanque à mi. Jamais id' n'a eu ein autour ed' mi qui n'arot pas compris cho que j' voulos i dire...
- Wallart, vous allez me faire perdre ma patience, et mon temps par-dessus le marché. Mais, afin de vous prouver que votre "baragouinage" n'est rien comparé à la richesse de "Notre" langue, je vais vous mettre au défi. Soit, puisque vous m'avez l'air de tenir à vous exprimer de telle sorte que vous ne soyiez compris que par un nombre très limité de personnes, restez au Patois, et essayez donc de conjuguer "notre" verbe avoir... Tenez, commencez avec le conditionnel présent !
- J'aros, t'aros, i arot, ein n'arot (ou core) nos arotes, vos arotes et pis, i z'arott'nt. Veyez ? qu' j'i saboulas (lancer comme eun' fusée) aussi sec, in m'aperçevant tout'fos qu' j'étos in route à l'énerver.
- Très bien Wallart. Continuons. Toujours le même verbe, mais cette fois au subjonctif présent, si tant est que ce dernier s'emploie dans votre patois... ?
- Commint, vos rigolez m'dame. Bein sûr qu'ein l'utilisse, et souvint core ! Acoutez-chi : Qu' j'euche, equ' t'euches (in n'oblie pas ed' mette ech' l' S hein m'dame ?), qui euche, qu'ein euche, equ' t'euches, qui z'euch'tent. Ch'est toudis bon là, nan ?
- Vous m'énervez Wallart ! Vous m'énervez ! Finissons-en... Conjuguez-moi le verbe "recevoir" au présent de l'indicatif !
- Alors là, m'dame, ej' sus ein tiot peu inberné (inmerdé), si vos m' permettez, passque ch' verpe-là, i n'exisse pas dins nou lanque...
- Arrêtez de dire "Notre langue" ! Et vous voyez que votre patois est limité ? dit-elle en me toisant méchamment
- Si vos n' m'arot' pas queupé el' parole... Ej' voulos dire qu'ein n' dit pas "recevoir", ein dit "archuvoir". Et à ch' présent, cha donne : J'archos, t'archos, i archot, nos archuvons, vos archuvez, i z'archuv'f'tent...
Emploi du temps- Wallart, foutez-moi le camps à votre place, je ne veux plus vous entendre !!!!"

 

Voilà, ch'est terminé. Ej' ténos à vos dire qu' cha arot sûr'mint pu es' passer comme cha mes gins !! In attindant, prénez vou cahier ed' textes et pis pou ed'main, conjuguez-me ech' verpe "arniquer" (cacher quetcosse vec ses dogts, tripatouler qu'ein dit core) à ch' présint ed' l'indicatif !

Armerciemints à tous chés z'instits et professeux qui, je l' sais pertinemmint, font ed' lu miux possipe. Eun' salutation particulière à m'dame Wauquiez, eun' prof' ed' Mathématiques du Collège Phalempin. Qu'alle m' pardonne pou tout cho qu' j'i a fait bafier (baver) comme ronds d' capiaux...