Jean DaubyAllez mes gins, ar'vlà Noë, comme tous z'ans à l' mânme date. Ej' voulos jusse am'ner em' contribution à tout cho qui s' dit in ch' momint ed'sur ech' jour d'atau (fête), in vous proposant eun' canchon ed' Noë, écrite par ein grand gaillard. I s'agit ed' Jean Dauby (1919-1997). Ech' t'homme-là, i a gramint fait pou nou lanque. I a k'minché in tant qu' jornalisse in novimpe 1945, à l' suite ed' quo i est ed'venu inseignant. 1968 : nou bonhomme i s'intéresse ed' tout près à ch' patois in publiant comme ein seut (forcené) de l' poésie, eun' masse (énormément) d'artiques ed'sur ech' conteux Charles Deulin, eun' réédition ed' l'oeufe à ch' père Jules Mousseron, et plein d'autes quosses...

J'vos laisse chi vec es' quéniole, et comme ej' sais qui d' na qui débutent, jusse après cha el' traduction.

 

 

Mets m' querniole à cuire 001

 

Un oiseau qui se balançait devant ma fenêtre m'a dit :
"Va t'en voir là-haut, va-t'en voir là-haut
Dans l'étable à veaux.
A mon avis, il y aura du nouveau.

(refrain)

Mets la brioche (de Noël) à cuire, l'oie à rôtir,
Casse les noix, mets tes beaux habits
C'est Noël dans notre maison

J'ai frappé à la porte et je suis rentré dans la petite étable
Et tout ébahi, et tout ébahi,
J'ai vu, sur le foin,
Tout souriant, un petit enfant

(refrain)

Sa mère avait un caraco tout en dentelle du pays
Et un tablier, et un tablier
En satin doré
Sur son jupon de velours broché

(refrain)

Je lui ai donné une tarte au fromage et une oie farcie
Du boudin salé, du boudin sucré,
L'enfant m'a souri
J'ai dit au-revoir et merci.

(refrain)

 

 

Volà, j'espère qu' cha vous a plu. Si id'n'a qui sav't'nt juer de l' musique, i peuv't'nt s'aprouver (s'essayer), ch'est pas trop rute (compliqué). In attindant, ej' vos souhaite à tertous et tertoutes ed' passer ed' bonnes fêtes ed' Noë in famile, in m' promettant d'alleumer ein chiron (tiot cierche) à l' mémoire ed' tous cheux qui arott'nt pu ête à nou tape ech' jour-là. Joïeux Noë !