plume d'oieZ'avez donc d'jà ad'viné d' cho que j'vas chi vous causer. Et ouais, el' v'là : el' pleum' ! 
Mais i y a quand mânme eun' tiote subtilité, passque ch'est plus précisément ed' cho qu'ein va treuver au bout d' nou pleum' qu' j'ai invie d' vous faire partager...

Mais d'abord, quéques mots d'Histoire. O savez comme mi, qu' ch' l'homme i a toudis écrit. Dins l'orte, cha a k'minché vec eun' sorte ed' stylet d' bos vec chulquel i gravot dins des tablettes d'argéron (d'argile), mais ch'tot i a vraimint longtimps... Après, ch'est l' tour à chés scrip' (scribes) ed' juer du papyrus (rein à vire vec un taïon qui viendrot ed' l'Est !). Pis arrife nou moines-copistes du Moïen-Ache qui arcopiott'nt à longueur ed' journée, mais surtout qui inluminott'nt à mervelle chés parqu'mins (parchemins) qui ont su traverser chés sièques jusqu'à nouzautes. Ein avinche core dins l' temps pis ein queut ed' sur l'invention du papier. Là, et jusqu'à l' fin du 18ème, ch' l'homme i n' griboulle qu'avec des pleum' d'ojon (oie) taillées in biseau à ch' maquet (pointe). Tout cha jusqu'à c' qu'eun' neue (nouvelle) invention vienche révolutionner l'histoire ed' l'écriture, ein peu comme asteure ein pourrot dire vec ech' clavier qué j' sus in route à utiliser in ch' momint, qui rimplache el' feulle blanque. Cheule invention-là, a s'appelle "pleum' d'acier"...

Et z'allez vire comme quoi, nou tiot pays du Nord i y est pou quetcosse dins ch' t'affaire-là ! Tout k'minche d'avec un Lorrain, Joseph Arnould, mécano-horloger de s' n'état. Ein est in 1776 et nou homme i vient ed' décrocher un prix d' l'Académie Royale des Sciences pou s' n'invention, à savoir eun' sorte ed' pleum' in métal qu'i avot construit, vec astuce et technique, à l'aide d'eun' mince feulle d'acier, cho qui d'allot d'venir dins l' langache courant : "el' pleum'". A ch' t'époque-là, l'écriture alle étot réservée à l'élite, mais, tout duch'mint, l'alphabétisation s' mettot in plache. Et ch'est d' là qu'est dev'nue eun' nécessité d' treuver eun' solution pou aurminter (augmenter) considérab'mint el' production (j'aros bein eu l'envie ed' dire, el' coup', mais bon...), sins compter qu' pour l'instant ein est toudis vec nou pleum' biseautée à ch' maquet et qu'i fallot donc ed' pus in pus d'oziaux pour leu lonques pleum'. Ainsi, in 1830, nou pays importe eun' chintaine ed' tonnes ed' pleum' et l' deminte va croissante...

moine copisteCh' l'industrie de l' pleum', alle peut s' résumer vec deux Ecoles.

El' peurmière, ch' est l'Ecole Inglaise ed' Birmingham (1780-1850) qui va faire évoluer ech' modèle à travers ed' z'améliorations dûes à d' z'hommes comme Samuel Harrison, Thomas Wise, et surtout ein dénommé James Perry, maît' d'école, qui laichera sin nom à l' création de s' pleum', tout comme ein fameux John Mitchell, core plus connu. A l' manme époque, Joseph Gillot, tiot fabricant d'ablouques (boucles) et autes agobiles (objets) in ferralle, s'installe à Birmingham et s' prind d' sintimint pou l' bachelette (fille) à Mitchell. Amour ou espionache ? Bref, i récupère assez d'informations pou dév'lopper ed' manière industrielle, el' fabrication d' pleum'. A li tout seu, i arrife à fabriquer autant qu' vingt ouverriers. Oh, pas passqu' ch'tot un surhomme, nan nan. Passqu'i avot compris qu'ein pouvot utilisé el' machine à vapeur pou faire fonctionner eun' presse à tout' berzingue... I va ainsi dév'nir eun' des plus grosses fortunes inglaisses, tout comme ein certain Josiah Mason, qui li, arprindra el' z'affaires d'Harrison. In 1850, i avot eun' ribimbelle ed' sociétés qui s'tott'nt créées autour ed' cha et l'Ingleterre 'tot dév'nue el' cent' mondial de l' production d' pleum's.

Arrife el' deuxième école, qu'ein dénomme "Ecole Frinçaise ed'... Boulone-sur-Mer". Mais v'là l'histoire : in 1846, alors qu' chés pleum's inglaisses alle trinsitent par ech' port ed' Boulonne, ein malin, Pierre Blanzy s'associe vec Eugène Poure et tros autes investisseurs et montent lu boîte : "Blanzy, Poure & Cie". I z'acatent chés brevets à ch' z'Inglais et "importt'nt" ed' z'ouverriers d'Outre-Minche à rutes frais, pou leu connaichances techniques.
Cheule société-là, alle est suivie 4 ans pus tard par un aute industriel, Guillaume Sauvage, dont l' fabrique est racatée in 1856 par François Lebeau. Ch'ti-chi, i l' céd'ra eun' dizaine d'années après à ses gendes Camille Baignol et Ferdinand Farjon.

Blanzy Poure

Baignol et FarjonEl' "Compagnie Françaisse", née de l' Société Delpierre, arprise par ein d' ses principaux actionnaires (Lepreux), est créée eun' vingtaine d'années pus tard. Et là, cha va vous parler à tertous, car cheule Compagnie-là, alle va inventer el' pus célèpe des modèles : el' pleum' "Sergent Major", in 1881. 'Sus certain qu' cha dot rapp'ler ed' fameux souv'nirs à quéqu'z'uns ! Ech' maquet (pointe) qui passe à travers el' feulle, chés tâches d'enque ein peu tout partout... Mais queu bielle écriture quand ein y avot pris l'habitute !

Ch' l'usine Blanzy, à l' fin 19ème, imployot 900 personnes, dont 700 femmes ! Et manme si ch' n'est point-là l' sujet, j'aros voulu m'arrêter eun' minute là-d'ssur, passque ch'a in vot l' coup. Chés "bonnets blancs" de l' pleum', a z'étott'nt payées dix fos moins qu'un cont'maît' inglais. Chés zouverriers, i buquott'nt ed'dins 10 heures par jour et d' z'infants étott'nt postés à chés laminoirs (cha vous rappelle quetcosse mes gins ?). Cor' pus fort : d'vant eun' commission d'enquête, ein industriel osot lincer in 1860 : "chés zouverrières, a' n' sont absolumint pou rein dins l' fabrication de l' pleum' ; ch'est uniqu'mint grâce à chés machines dont a' s' serv'nt. El' perfection de l' pleum' dépind ed' l'habil'té de ch' cont'maît'"...

vieux bureau d'écoleA partir ed' 1850, el' consommation in pleum' dins nou pays, étot évaluée à 1 200 000 boîtes ed' 144 pleum'. In 1885, Blanzy, Poure & Cie fabriquot à elle-seule 280 millions d' pleum' tandis qu' Perry, li, in vindot 360 millions. Rien n' freinot l' consommation !
In 1870, ch' l'administration inglaisse alle utilisot 4 fois puss' ed' pleum' d'acier que d' pleum' d'ojon. Chés produits "low-cost" étott'nt acatés par chés campénaires (colporteurs) et vindus dins chés villaches, à chés maît' d'école.
El' qualité d' chés pleum' ed' Boulone étot unanim'mint arconnue international'mint. Et asteure qu'i y existot eun' falanquée d' modèles, étot arrivé l' momint d' proposer tous chés produits dérivés qu'ein a, pou certains, connus : porte-pleum', pleumier, buvard... Tout' eun' époque !

Pourtant, es' durée d' vie, alle va in printe un cop. Même pas un sièque après s' n'industrialisation, vec l' naissance ed' nou stylo-bil', el' pleum' d'acier allot décliner in eun' dizaine d'années, bein pus rapid'mint que l' pleum' d'ojon, qu'al' avot rimplachée...

plumeauJ' vas clore m' bafoulle, vec un mot qui m'évoque el' pleum'. J'a choisi ech' dépourro. Cha vous dit quetcosse ? Et bein, ch'est ch' fameux plumeau que j' veyos amon Pépère et Mémère ed' Grenay. Ed' timps in temps, j' ravisos ébahi, m' taïonne in route à dépourrer l' z'arnitoiles.
In attindant, mi, ej' viens de m' rinte compt' que m' nordinateur i méritot qu' je l' dépourre. Ou sinon, i risque ed' quère in panne et là, j' s'ros obligé d'arsortir em' pleum' et m' nincrier in attindant ech' rabloquache (réparation). Et pourquo pas ?
J' vos laisse, j' min vas querre eun' loqu' à dépourrer. A bétôt mes gins...

 

Sources : "Objets d'écriture" d'Eric le Gollen (Flammarion, 1998) ; "La mémoire des Sergent Major" de Jean-Pierre Lacroux et Lionel Van Cleem (Ramsay, 1988) ; "La calligraphie de Timothy Noad (Solar, 1995) ; "Le court règne de la plume de fer" de Daniel Chatry (Nos Ancêtres, 2004)