Cha vous dit quetcosse ?

06 décembre 2012

El' pleum'

plume d'oieZ'avez donc d'jà ad'viné d' cho que j'vas chi vous causer. Et ouais, el' v'là : el' pleum' ! 
Mais i y a quand mânme eun' tiote subtilité, passque ch'est plus précisément ed' cho qu'ein va treuver au bout d' nou pleum' qu' j'ai invie d' vous faire partager...

Mais d'abord, quéques mots d'Histoire. O savez comme mi, qu' ch' l'homme i a toudis écrit. Dins l'orte, cha a k'minché vec eun' sorte ed' stylet d' bos vec chulquel i gravot dins des tablettes d'argéron (d'argile), mais ch'tot i a vraimint longtimps... Après, ch'est l' tour à chés scrip' (scribes) ed' juer du papyrus (rein à vire vec un taïon qui viendrot ed' l'Est !). Pis arrife nou moines-copistes du Moïen-Ache qui arcopiott'nt à longueur ed' journée, mais surtout qui inluminott'nt à mervelle chés parqu'mins (parchemins) qui ont su traverser chés sièques jusqu'à nouzautes. Ein avinche core dins l' temps pis ein queut ed' sur l'invention du papier. Là, et jusqu'à l' fin du 18ème, ch' l'homme i n' griboulle qu'avec des pleum' d'ojon (oie) taillées in biseau à ch' maquet (pointe). Tout cha jusqu'à c' qu'eun' neue (nouvelle) invention vienche révolutionner l'histoire ed' l'écriture, ein peu comme asteure ein pourrot dire vec ech' clavier qué j' sus in route à utiliser in ch' momint, qui rimplache el' feulle blanque. Cheule invention-là, a s'appelle "pleum' d'acier"...

Et z'allez vire comme quoi, nou tiot pays du Nord i y est pou quetcosse dins ch' t'affaire-là ! Tout k'minche d'avec un Lorrain, Joseph Arnould, mécano-horloger de s' n'état. Ein est in 1776 et nou homme i vient ed' décrocher un prix d' l'Académie Royale des Sciences pou s' n'invention, à savoir eun' sorte ed' pleum' in métal qu'i avot construit, vec astuce et technique, à l'aide d'eun' mince feulle d'acier, cho qui d'allot d'venir dins l' langache courant : "el' pleum'". A ch' t'époque-là, l'écriture alle étot réservée à l'élite, mais, tout duch'mint, l'alphabétisation s' mettot in plache. Et ch'est d' là qu'est dev'nue eun' nécessité d' treuver eun' solution pou aurminter (augmenter) considérab'mint el' production (j'aros bein eu l'envie ed' dire, el' coup', mais bon...), sins compter qu' pour l'instant ein est toudis vec nou pleum' biseautée à ch' maquet et qu'i fallot donc ed' pus in pus d'oziaux pour leu lonques pleum'. Ainsi, in 1830, nou pays importe eun' chintaine ed' tonnes ed' pleum' et l' deminte va croissante...

moine copisteCh' l'industrie de l' pleum', alle peut s' résumer vec deux Ecoles.

El' peurmière, ch' est l'Ecole Inglaise ed' Birmingham (1780-1850) qui va faire évoluer ech' modèle à travers ed' z'améliorations dûes à d' z'hommes comme Samuel Harrison, Thomas Wise, et surtout ein dénommé James Perry, maît' d'école, qui laichera sin nom à l' création de s' pleum', tout comme ein fameux John Mitchell, core plus connu. A l' manme époque, Joseph Gillot, tiot fabricant d'ablouques (boucles) et autes agobiles (objets) in ferralle, s'installe à Birmingham et s' prind d' sintimint pou l' bachelette (fille) à Mitchell. Amour ou espionache ? Bref, i récupère assez d'informations pou dév'lopper ed' manière industrielle, el' fabrication d' pleum'. A li tout seu, i arrife à fabriquer autant qu' vingt ouverriers. Oh, pas passqu' ch'tot un surhomme, nan nan. Passqu'i avot compris qu'ein pouvot utilisé el' machine à vapeur pou faire fonctionner eun' presse à tout' berzingue... I va ainsi dév'nir eun' des plus grosses fortunes inglaisses, tout comme ein certain Josiah Mason, qui li, arprindra el' z'affaires d'Harrison. In 1850, i avot eun' ribimbelle ed' sociétés qui s'tott'nt créées autour ed' cha et l'Ingleterre 'tot dév'nue el' cent' mondial de l' production d' pleum's.

Arrife el' deuxième école, qu'ein dénomme "Ecole Frinçaise ed'... Boulone-sur-Mer". Mais v'là l'histoire : in 1846, alors qu' chés pleum's inglaisses alle trinsitent par ech' port ed' Boulonne, ein malin, Pierre Blanzy s'associe vec Eugène Poure et tros autes investisseurs et montent lu boîte : "Blanzy, Poure & Cie". I z'acatent chés brevets à ch' z'Inglais et "importt'nt" ed' z'ouverriers d'Outre-Minche à rutes frais, pou leu connaichances techniques.
Cheule société-là, alle est suivie 4 ans pus tard par un aute industriel, Guillaume Sauvage, dont l' fabrique est racatée in 1856 par François Lebeau. Ch'ti-chi, i l' céd'ra eun' dizaine d'années après à ses gendes Camille Baignol et Ferdinand Farjon.

Blanzy Poure

Baignol et FarjonEl' "Compagnie Françaisse", née de l' Société Delpierre, arprise par ein d' ses principaux actionnaires (Lepreux), est créée eun' vingtaine d'années pus tard. Et là, cha va vous parler à tertous, car cheule Compagnie-là, alle va inventer el' pus célèpe des modèles : el' pleum' "Sergent Major", in 1881. 'Sus certain qu' cha dot rapp'ler ed' fameux souv'nirs à quéqu'z'uns ! Ech' maquet (pointe) qui passe à travers el' feulle, chés tâches d'enque ein peu tout partout... Mais queu bielle écriture quand ein y avot pris l'habitute !

Ch' l'usine Blanzy, à l' fin 19ème, imployot 900 personnes, dont 700 femmes ! Et manme si ch' n'est point-là l' sujet, j'aros voulu m'arrêter eun' minute là-d'ssur, passque ch'a in vot l' coup. Chés "bonnets blancs" de l' pleum', a z'étott'nt payées dix fos moins qu'un cont'maît' inglais. Chés zouverriers, i buquott'nt ed'dins 10 heures par jour et d' z'infants étott'nt postés à chés laminoirs (cha vous rappelle quetcosse mes gins ?). Cor' pus fort : d'vant eun' commission d'enquête, ein industriel osot lincer in 1860 : "chés zouverrières, a' n' sont absolumint pou rein dins l' fabrication de l' pleum' ; ch'est uniqu'mint grâce à chés machines dont a' s' serv'nt. El' perfection de l' pleum' dépind ed' l'habil'té de ch' cont'maît'"...

vieux bureau d'écoleA partir ed' 1850, el' consommation in pleum' dins nou pays, étot évaluée à 1 200 000 boîtes ed' 144 pleum'. In 1885, Blanzy, Poure & Cie fabriquot à elle-seule 280 millions d' pleum' tandis qu' Perry, li, in vindot 360 millions. Rien n' freinot l' consommation !
In 1870, ch' l'administration inglaisse alle utilisot 4 fois puss' ed' pleum' d'acier que d' pleum' d'ojon. Chés produits "low-cost" étott'nt acatés par chés campénaires (colporteurs) et vindus dins chés villaches, à chés maît' d'école.
El' qualité d' chés pleum' ed' Boulone étot unanim'mint arconnue international'mint. Et asteure qu'i y existot eun' falanquée d' modèles, étot arrivé l' momint d' proposer tous chés produits dérivés qu'ein a, pou certains, connus : porte-pleum', pleumier, buvard... Tout' eun' époque !

Pourtant, es' durée d' vie, alle va in printe un cop. Même pas un sièque après s' n'industrialisation, vec l' naissance ed' nou stylo-bil', el' pleum' d'acier allot décliner in eun' dizaine d'années, bein pus rapid'mint que l' pleum' d'ojon, qu'al' avot rimplachée...

plumeauJ' vas clore m' bafoulle, vec un mot qui m'évoque el' pleum'. J'a choisi ech' dépourro. Cha vous dit quetcosse ? Et bein, ch'est ch' fameux plumeau que j' veyos amon Pépère et Mémère ed' Grenay. Ed' timps in temps, j' ravisos ébahi, m' taïonne in route à dépourrer l' z'arnitoiles.
In attindant, mi, ej' viens de m' rinte compt' que m' nordinateur i méritot qu' je l' dépourre. Ou sinon, i risque ed' quère in panne et là, j' s'ros obligé d'arsortir em' pleum' et m' nincrier in attindant ech' rabloquache (réparation). Et pourquo pas ?
J' vos laisse, j' min vas querre eun' loqu' à dépourrer. A bétôt mes gins...

 

Sources : "Objets d'écriture" d'Eric le Gollen (Flammarion, 1998) ; "La mémoire des Sergent Major" de Jean-Pierre Lacroux et Lionel Van Cleem (Ramsay, 1988) ; "La calligraphie de Timothy Noad (Solar, 1995) ; "Le court règne de la plume de fer" de Daniel Chatry (Nos Ancêtres, 2004)

 

Posté par Jacky Wallart à 12:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]


24 septembre 2012

Ech' Dauphin, ech' Fort ed' Béthune, ch' Rollot, etc...

Marchand de fromages au 15ème siècle

A vire chés photos, z'allez vite comprinte ed' cho que j' vas chi vous causer... Normal'mint, ein a tertous es' préférince, mais mi, pou n' n' avoir essayé eun' ripopée (rute quantité), ej' peux vos dire qu' j'za quère tertous !

In avant, vers el' route ed' chés fromaches ed' nou tiot pays, mes gins...

Ein va k'mincher vec ech' Ro (roi), j'a nommé ech' Marolles (comme ein l'app'lot au 17ème sièque). Mis à l'honneur dins ch' film "Bein' vnue amon les Ch'tis" duqu'ein l' vot touqué (trimpé), ed' bon matin, dins eun' grante jatte (grand bol) ed' chirloute (café pas terripe), ein d'vra sutout arténir qu' ch' t'ein fromache fait vec du lait d' vaque. Aut'fos issu des pis d'eun' race asteure disparue : el' Maroillaisse (jord'hui rimplacée par el' Prim Holstein, savez, cheule vaque qu'ein dirot ein gros Dalmatien, vec des pis aussi gros qu' des Mongolfières...). Dins "L'Ecrit des Paturaches", eun' vièle ordonnance, ein prescrivot à chés gins d'chés villaches ed' Saint-Hubert (Marbaix, Taisnières-in-Thiérache, Noyelles et bein sûr Maroilles) ed' convertir ech' lait d' lu bêtes in fromaches, el' jour de l' Saint-Jean-Batisse (Saint-Jean-Baptiste), ch' t-à dire el' 24 juin pou l' z'armette à chés commis ed' l'abbaye ed' Maroilles el' jour de l' Saint-Rémy (1er octope) soit inviron eun' cintaine ed' jours... A l' mitan de ch' 13ème sièque, ch' l'évêque ed' Cambrai confirma ch' l'ordonnance. Veyez... ch'est viux ch' Marolles !

maroilles


Selon l' z'indrots duqu' vos vos situerez, vos pourrez intinte parler ed' Manicamp, ou d' Sorbais (pas l' glache, nan nan) ou incore Monceau, Mignon... tout cha ch'est toudis du Marolles, vec des diminsions différintes.

Fromage Dauphin

Arrife ech' Dauphin. Sin nom i vient d' l'Histoire. Ein raconte core in Flant' (Flandres), qu' ch'est  lors d'ein voyache ed' Louis Quatorsse dins nou tiote contrée, accompagné d' sin jon.ne (fils), qui li fut apporté, in guisse d'offrante ed' beinv'nue, ein bon Marolles, qui, pou l'occasion avot été 'romatisé vec ed' z'herpes. Ch'est donc ed' là qu' viendrot sin nom. Et surtout, cheule arcette n'a pas quingé ed'puis tout ch' timps-la. Pour l' arconnaîte, ch'est tout simpe : i a eun' forme unique, à savoir un... Dauphin !

Plus connu, au moins autant que ch' Marolles (sin cousin), v'là cheulle fameusse Boulette d'Avesnes ! (sins doute min préféré...). Préparée de l' façon fermière, à partir de ch' lait burré (babeurre), ein l' troufe plus souvint vindue ed' manière industrielle (hélas), ch' t'à-dire à partir ed' fromache blanc chulquel ein va n'y ajouter ed' z'aromates. Comme ech' Marolles, pusieurs noms : Bourlette ed' Cambrai (el' mânme, mais non affiné), el' Baguette ed' Thiérache...

Boulette d'Avesnes

Pis, ej' sus sûr qu' vos z'avez d'jà intindu parler de ch' Vieux Lille. Intindu parler ou largemint arconnu à sin flair (odeur), disons... caractéristique ! Local'mint dénommé Gris ed' Lille ou Vieux Gris (comme ech' Fort ed' Béthune, sin frère jumeau) ou plus olfactiv'mint "Puant macéré" (ou Vieux Puant). Et bein, ch'est vrai qu' cha arlouffe (sint très fort...) sévère ech' t'affaire-là. Mais, dins s' bouque, ch' t'ein régal ed' tous chés instants. Si, si... A vrai dire, cha arsanne fort à ch' Marolles (mais salé deux fos) et s' n'odeur "ammoniacale" alle nous vient du fait qu'ein l' prife d'oxygène lors de s' fermintation, et alors, el' production d'ammoniaque crée un milieu favorape à eun' fermintation putréfiante dare-dare... Pas très ragoûtant tout cha hein ? Mais si vous n'avez jamais approuver (essayer), jech'tez-vous à l'iau, et normal'mint vos z'in commind'rez toudis à vou fromager !

Le fromager et sa livraison

Ein tiot cantour (détour) par l'abbaye du Mont-des-Cats, duqu' chez qu'ein fabrique ein fromache du mânme nom. Cha arsanne à ch' Saint-Paulin. Et commint dire... cha s' déguste vec eun' bonne bière d'abbaye (eun' Trappiste par exempe !).
Côté arssemblance, si vos z'aimez ech' Munster ou ch' Livarot, essayez ed' treuver ein viux fromache, quasimint disparu, ech' Saint-Winoc (espécialité d'Esquelbecq) et vos m'in direz des nouvelles...
Comme ej' parlos pus haut de ch' Dauphin, ein n'armonte es' lignée et ein queut ed'sur ech' Clovis, ein bon fromache de l' région ed' Soissons.

Z'allez p' tête em' dire : "Ch'est pas bintôt fini chés fromache du Nord ?". Et bein nan, mes gins ! Mais j' vas terminer vec ein aute classique pis ch'est tout, mais j'aros pu tout aussi bein vous causer de ch' Steenvore, du Cueur (Coeur) d'Arras, de ch' Gooyère, ed' l'Ing'lot (Angelot), du Bouquet ed' Thiérache, du T'chiot Biloute (pus récint), de l' Tome ed' Cambrai, du Crayeux ed' Roncq, de ch' Viux Samer, du Ch'ti Crémeux, de ch' Sablé d' Wissant (du côté d' Calais), du Viux Moulin (à Lens), de ch' Rhum ed' Coeur ou du Rollot d' Fruches (Fruges) et ein qu' j'à eu l'occasion ed' déguster lors d'eun' visite : ech' Sire ed' Créquy (ein vrai délice...)

Marchand de Marolles

mimolette

Allez ein r'ferme ech' sujet-là vec ein classique, el' préféré d' mes tchiots  : el' Mimolette... Mi, ej' croyos qu' cha v'not ed' nos vosins, chés z'Hollindais. Erreur ! Ch'est originaire ed' Lille, et eusses, i l'appellent el' Boule ed' Lille. Ein peut l'acater jon.ne (3 mos d'affinache) ou extra-vieile (jusqu'à 2 ans !). Ch'est vrai, qu' cheule boule-là, à croûte grisse et à l' chair oringe, ein in ming'rot à n'importe quel momint de l' journée... Et comme l'aute coup min grand i me d'mindot : "Eh P'pa, commint cha s' fait que l' Mimolette alle a c' te couleur oringe, cha n' s'rot ti pas des vaques qui arottent abusé du jus d'oranche ?". Pour tout vos dire, j'ein savos rein. Pour mi, ch'tot simp'mint ein colorant synthétique. J' n'étos pas trop loin de l' vérité. In fait, ch'tot bein ein colorant, mais naturel : el' rocou qu' cha s'appelle.

Voilà mes gins, ch'est fini pou ch' fromache, mais si cha vos dit, j'y arviendrais, i a tant à dire ed' chés fromaches ed' nou tiot pays ! Et pis, n'hésitez pas à faire connaîte nos produits à chés gins d'ailleurs !

Photos et illustrations (dins l'orte) : ech' Marchand ed' fromaches (15ème sièque), des Marolles, ech' Dauphin, el' Boulette d'Avesnes (photo d'Alexante Moreau), ech' fromager et s' livraison, et enfin "Le marchand de Marolles" (gravure ed' Bonnard, 17ème sièque)

Posté par Jacky Wallart à 23:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 juin 2012

Ech' carpintier

Charpentier, chromoMa' r'v'là ! Vec ein sujet qui m' tient à cuer : chés viux métchiers ed' nou z'incêtres, bien que ch'ti chi i exisse core aujord'hui. Tout l' monte i ara sûr'mint ed'viné ed' cho que j' vas chi parler. P'tête qu' vos n' n'avez eu ein ou pusieux dins vou famille... Mi, in tout cas, dins m' n'ape généalogique, j' n'as pas core treuvé un seu. Mais ej' sus certain qu' cha n' va mi tarder. In tout cas, cha n' va pas m'impêcher d'in parler. Allez mes gins, ein monte tout in haut de ch' tot... vec nou carpintier (charpentier, pou cheux qui s'rott'nt incore in route à s' gratter lu tiête et s' dire : "Carpintier, carpintier... quo cha peut bein n'ête que ch' machin-là ?".

Comme à chaque fos, ch'est nécessaire ed' causer de ch' comminch'mint. Si ein armonte lon, lon (loin) dins ch' temps jadis, et par eximpe à ch' treizième sièque, nou carpintier ch'tot aussi bein ch' t'homme qui acouverrot (couvrot) chés tots, que ch' caron (charron) ou core ech' cartier (charretier), etc... Ch'tot comme qui dirot ein terme générique. Et très vite, tout cha s'a précisé dès qu' chés corporations a z'ont vu ech' jour. Pour chelle ed' chés carpintiers, ch'tot vraimint rigoreux. Ch' t'à ch' père Etienne Boileau (prévôt de s' n'état) qu'ein dot ein peu tout cha. Et là, ein est toudis vers el' mitan de ch' 13ème sièque.

Charpentier, cpsmEl' corporation ed' chés carpintiers alle comprénot aussi bein chés z'aclopins (apprentis), qu' chés trousse-dales (valets) et aussi, tout in haut de l' pyramite (comme ein dirot asteure), chés maîtes. Tout i étot bein réglé à l'intérieur. Par eximpe, nou aclopin i étot obligé ed' rester au minimum quate z'années, ête de ch' pays (d'jà à l'époque, i avot cheule distinction-là !), mais surtout ed' mi ête marié (!). Cha ein f'sot d'jà des restrictions nan ? Insuite, pou passer d'eun' catégorie à eun' aute, ch'tot tout' ein affaire, aussi contraignante, mais je n' vas pas rintrer dins chés détals. Arténons jusse pou finir vec cheule corporation, qu' tous chés z'overriers (ouvriers) qui in f'sott'nt partie, i d'vott'nt tertous verser eun' obole ed' 18 deniers par jour. A qui ? A ein dénommé Foulques du Tempe (Temple), élu "Carpintier de ch' Ro", ech' grand patron in somme. S'immerdot pas ch' gaillard-là ! Enfin, cha n'a duré qu' jusse qu'aux invirons ed' 1300.

Ête carpintier à ch' t'époque-là, ch'tot et ein vient de l' vire, pas si simpe ! Mais à cha, i faut in plus rajouter tout cho qui étot vraimint interdit ed' faire dins l' pratique ed' sin métchier. Ainsi, "oeuvrer" in cachette étot répréhinsipe, parèle pou ch'ti qui arot eu idée ed' s'associer vec ein camarate exerçant un métchier complémintaire (huchier, m'nusier...). Ein truc étonnant : formell'mint défindu d'oeuvrer el' nuit sauf si ch'tot eun' comminte pou l' Couronne ou l'Evêché...

Charpentier, femmeTout cha nos dit pas cho qu'i faijot nou carpintier durint ses lonques heures de s' nouvrache. Ein n'y arrife... D'abord, arténons qu' chés meilleux bos i z'étott'nt toudis réservé à cheule corporation-là. Asteure, quand ein parle carpinte, ein pinse tot d' suite à quesne (chêne), châtaignier, pin Douglas, mais à ch' momint-là, ch' tot l'ourmieux (orme : bos qui séquot rapid'mint et surtout qui ne s' findot pas ed' traviole). El' queupe (coupe) de ch' bos, a s' faijot toudis in automne, à l' leune (Lune) décrossante (sèfe déchindante). I fallot tot d' man.me faire attintion à n' mi coper chés z'apes quand i f'jot trop frod, el' sèfe (sève) alle arot gélé ! Ein peut donc imaginer, et man.me intinte chés soïeux (scieurs) ed' long dins l' forêt d'Olhain, occupés à débiter chés poutes (poutres), chés planques (planches), etc... bref tout cho qu' nou carpintier i leur avot commindé.

Ein bon carpintier, i d'vot savoir bein dessiner. In effet, pou li faire es' carpinte, i d'vot d'abord tracer à terre, vec ech' cra blanc (craie), eun' fichelle (ficelle) l'insan.ne de s' réalisation future. Sins oblier qu'i fallot ête habile et manier ech' compas, el' fausse équerre... comme ein maîte ! Insuite viendrot tout' eun' famile d'otchieux (outils) bein spécifiques : el' tarière, ech' rabot, ch' l'herminette, cheule hape (hache), etc... Ch' n'étot mi donné à tot l' monte ed' pratiquer ech' métchier-là, et surtout, comme je l' précisos pus-haut, avint d'ête maîte, i s'in passot du temps ! Tiote parinthesse pou préciser qu'asteure chés meilleux carpintiers, i z'utiliss'nt toudis chés man.mes otchieux, et presqu'invariab'mint chés man.mes techniques ed' basse (base). Ein bon carpintier (enfin, pou mi), i dot savoir fabriquer ses tenons et ses mortaisses (mortaises), à l' main, vec el' bédane ou l' bisagüe à deux débouts (bouts), faire ses molures (moulures) vec ech' guillaume (sorte ed' rabot), el' doloire (cha arsanne à eun' tiote hape, mais vec eun' larche lame)...

Charpentier, Noeux-les-MinesConcernint chés conditions ed' traval, nou carpintier i s' calot toudis ed'sur ech' solé (soleil). Inviron huit heures in hiver conte dousse in été. I avot ein gagnache (salaire) qui i étot versé tos les mos, mais ch' z'overriers i réclamott'nt à ête payés à l' quinzaine et tot cha jusqu'à l' fin de ch' 19ème sièque. Au Moïen-Âche, chés carpintiers i n'archuvott'ent pas lu bull'tin d' paye par ech' facteur, vos z'imaginez bein... Nan, el' corporation (comme el' z'autes d'ailleurs), alle avot crée cho qu'ein appelle ech' méreau, eun' sorte ed' pièche arprésintant eun' jornée d'ouvrache. Cha avot valeur d'échinge évidemmint. Quéqu' fos, nou carpintier i choisissot de s' faire payer "in nature". D'allez pas vos imaginez quo qu' che sot ed' "pervers" mes gins, ch'tot jusse qu'i récupérot parfos des chutes ed' bos pou li cauffer sin foïer (es' mason), faire el' tamboule, etc... Ein app'lot cha "agricher". Dins nou tiote région, à l' fosse, nou mineurs i faijott'nt el' man.me quosse et ein app'lot cha "faire raccourche", sauf qu' dins ch' cas-là, ch'tot parfait'mint interdit... Mais, si ej' peux em' permette ed' donner m' n'avis : i z'avott'nt bein raison nou mineurs !
Pou finir vec ech' traval, i faut savoir que ch' l'overrier-carpintier n'avot pas à fournir ses otchieux, ein l'i prêtot ed' cho qu'i n'avot b'soin mais cha n' l'impéchot pas d'in printe soin quand man.me.

Charpentier, transport à la minePis arrivot ech' momint où ch' l'ouvrache i étot terminé. Et quo qui s' passot alors ? Eun' java mes gins ! Enfin, eusses, i z'applott'nt pas cha ainsi, vos vos in doutez... Ech' proprio, ch'ti qui avot commindé ech' l'ouvrache à chés carpintiers, i arrosot cheule construction. Chez nos visins norminds, ch'tot un rute festin, vec des cops d' fusils. Amon d' chés Lorrains, chés carpintiers i z'offrott'nt ein sapin décoré ed' fleurs et d' rubans à placher ed' sur ech' dernier compe (comble : chevron) de l' toture (toiture). Asteure, dins nou époque, quand chés z'overriers i z'ont fini lu ouvrache, ch'est tout jusse si ein lu dit merci (quand ch' travale i est bein fait bein sûr !)... Autes temps, autes moeurs !

Pou finir vec ech' carpintier quéques proverpes sélectionnés par mi-même. El' peurmier, ch'est min préféré :

"El forêt, a n'oblie jamais que ch' manque (manche) de l'hape (hache) est in bos..." (Anonyme)
"Toute huche (porte) est d' bos, toute fan.me (femme) est d' chair" (proverpe espagnol)
"Ech' l'homme est du bos dont ein fait chés bûchers" (Albert Camus)

J'aros pu aborder ech' métchier ed' carpintier vu du fond de l' mine, ech' raccomodeux, mais ej' sus pas assez documinté ed'sur ech' sujet-là. I n'impêche, que j' vos rinvos chez André Paillard ou Jean-Marie Manteuffel et lu formidapes blogs pou in savoir davintache, sins oblier, évidemmint, l'incontournape site "Histoires de ch'tis"...

A dans... quéques jours mes gins, ch'est promis !

 

Posté par Jacky Wallart à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2012

Ech' carnéval

Bande des pêcheurs 1912Carnavele : mot latin, apparu vers el' mitan de ch' seizième sièque. Ethymologiqu'mint : "carne", el' chair (z'avez d'ailleurs sûr'mint d'jà intindu : "queu vieile carne !) et "levare" (ôter, rassaquer quo !). Cha veut dire, littéral'mint : "intrée in Carême", artirer el' viante in somme !

Comme vos l' savez sûr'mint, in ch' momint ch'est jours ed' fête amon d' chés Dunkerquois. Queu fête ! Et pis impossipe ed' dire : "Mi, j'y vas ed'puis el' toute permière !", au risque ed' passer pou minteux comme ein arracheux d' dints ! In effet, cha n' date pas d' jord'hui ech' t'affaire-là. Mân.me si i d'na qui sont pas tot-à-fait d'accord vec el' vraie origine d' cheule fête-là, i san.nerot (sembler) quand mânme qu' cha eu ein rapport vec ech' départ ed' cheux qu'ein app'lot jadis chés "péqueux d'Islande" qui partott'nt "in déplach'mint" de l' fin févérier à mitan-fin août. A ch' t'occasion-là, amisses (camarates), famile, âmes ed' chés z'alintours i honorott'nt chés péqueux à lu mote, non sins eun' vraie appréhinsion ed' pus vire arvénir lu bien-z'aimés ed' maris, frères, amisses... I s'in découllot eud' véritapes festivités... comme asteure d'ailleurs (eun' pinsée pou chés quéques marins, qui, tous' z'ans, n'arviench't'nt jamais à ch' rivache (port) !).

El' "bante des péqueux" (Bande des Pêcheurs, vire el' permière photo) de ch' début a s'a trinsformé in Carnéval ! Et chaque année, cha continue. Tous' z'ans, I d'na gramint qui viench'tent in plus es' rajouter, cho qui fait équ' Carnéval i d'vient ed' pus in pus énorme. Et cha dure inviron de l' mitan d' jinvier à ch' mos d' mars.

La bande (photo VdN)Si ein s'y rind, i a ed' z'arcommindations à suife. Pou k'mincher, surtout é n' mi eublier sin parapleufe (parapluie) ! Pas pou l' drache (pluie) qui pourrot chi quéïr (tomber) du ciel, mais passque ch'est l'indispensape accessoire à ténir dins s' main tout du long d' chés défilés. Vec' eun' particuliarité, ch'est qu'i faut loïer (fixer) sin parapleufe tout in haut d'eun' lonque branque, d'ein bâton, général'mint eun' canne à pêque fait l'affaire ! Et ch'est pas fini... Qui dit carnéval, dit déguis'mint, ech' fameux "clet'che", là incore obligatoire pou chés jon.nes comme pou chés grands !

Z'êtes fin prêts ? Alors, ch'est parti pou ein, deux, tros, quate, chinq... dix jours et pourquo pas de ch' début à l' fin de ch' carnéval ! Ej' vos préviens, cha va ête "bouillonnant', vos allez in faire des pas ed'sur l' daine (sol), vos égasiotter (égosiller), canter à tue-tiête. Z'avez frod ? Soupe à l'oignon ! Z'avez so (soif) ? In route pou chés capelles (chapelles) ! Z'avez mau à vou pattes, ch'est mi grafe, suirez (suivre) donc es' z'autes, vos n'y pins'rez pus !

Chés carnévals, i n' n'exissent eun' ripopée (ribambelle), toudis vec ech' savant mélanche ed' tradition et d' modernité, mais i faut quand mânme chi arconnaîte qu' ch'ti ed' Dunkerque, i s' démarque vraimint dé s' zotes, vec, comme je l' dijos pus haut, eun' tindance chaque année à grossir in terme ed' carnévaleux (i d' na qui n'hésitt'nt pas à vénir d'Allemagne, d'Espane, d'Ingleterre, etc...). Comme dins chés défilés ed' chars, chaque "binde" (bande) va avincher à sin tour, vec ses rituels, ses cotes (codes), ses coleurs, etc... Et des bindes i d' n'a eun' paire ! Chelle ed' Bierne, ed' Tetinghem, ed' Dunkerque bein sûr, P'tite-Synthe, Malo-les-Bains, Rosendaël, Zuydcoote, Bray-Dunes, etc... Cha in fait du monte, savez !

Tambour-major (photo VdN)Qui cha n'est que ch' militaire-là (vire el' photo) ? Et bein, ej' vos présinte ech' l'illustrissime "Timbour-major", dins sin biau costume d'Impire ! Ch' t'ein peu comme ech' chef in somme, ech' méneu d' bante, si vos préférez ! Et naturell'mint, chaque bante alle a sin Timbour-major. Mais dins cheule lignée-là, i d' na un pou qui chés carnévaleux i z'ont toudis ein faipe (faible). Ainsi, ed'puis el' fin de l' guerre ed' 1870, s'a sont succédés Co-Gnièfe, Co-Gnac, Co-Pinard, Co-Schnik, Co-Trois-Six, Co-Schlok, Co-Pinard II, Co-Schlok II et asteure Co-Boont'che. Ein seu i aura su laisser eun' rute impreinte dins l' cuer ed' chés gins : i s'agit ed' Jean Minne, alias Co-Pinard II. A s' mort ch'est presqu' ed'vénu un Dieu !

Gros Bras (OT Dunkerque)N'allez mi croire qu' tout l' monte i défile sins-d'ssus-d'ssous... Ch'est presque réglé comme eun' pindule suisse ! Tout' chés bantes, accompagnées ed' chintaines ed carnévaleux masqués, a s' suif't'nt. In permière ligne, chés "gros bras" contienn'nt à grind peine el' pression ed' tous chés moumeux (gins masqués), mais surtout protèg't'nt chés musiciens (jueux ed' fifrelots, ed' cuifes, ed' timbours, etc). Quasimint à chaque fos, ech' musicien, ein l'arconnot à sin "bâtche" (maillot rayé ed' marin) ou sin ciré jaune.

lancer de harengEt cha cante, et cha pousse (chés fameux "chahuts" pou cheulquels i faut d'ête putôt aguerri !), et cha rit, tout cha pindant ed' z'heures, des jours durant. Ch'est cha ech' Carnéval ! Aute timps fort, ech' passache ed'vant l'Hôtel ed' Ville. Ech' mayeur (maire), ses conseillers sont à ch' balcon, in route à jech'ter chés fameux hérings (harengs). Et là, cha chahute ein peu plus !

Pis, passqu'i faut bein s'arposer quand mânme, ein n'arrife à cho qu'ein appelle ech' "rigodon final". Là, tout l' monte i s' rasan.ne ed'vant el' statue ed' Jean Bart, célèpe héros dunkerquois, corsaire de s' n'état. El' pus émouvint, ch'est sûr'mint quand tertous i s' mett'nt à canter bein haut el' cantate dédiée à lu héros.

Jean BartEj' pourros vos parler aussi d' chés figuemen, ed' chés capelles, ed' chés bals, à l'origine fondés par ed' sociétés philinthropiques vec chés noms évocateurs : "Acharnés", "Kakernesches", "Corsaires"... Ein artique à li-tout seu mérit'rot qu'ein évoque "Les Tros Joyeusses"... Mais d'jà qu' ch'est vraimint frustrant ed' parler d' cho qu'ein n' pourra mi aller vire ech' t'année, ej' vas vos laicher chi vec l'invie (sûr'mint) d'aller faire ein tour du côté ed' Dunkerque... vire tous chés "z'infants d' Jean Bart" !

"Ein dit qu' Dunkerque i est mort..." raconte el' canchon. Allez vire cha ed' pus près, vos verrez qu' ch'est tout l'inversse et vos m'in direz des neuvelles !

 

Nota : chés photos sont de l' Vo de Ch'Nord et de l' mairie et d' l'Office du Tourisme ed' Dunkerque. Sachez tertous qui exisse tout' eun' bibliographie intéressinte ed'sur ch' sujet-là.

Posté par Jacky Wallart à 10:24 - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 janvier 2012

Juer à billons

Viux billonneuxPou tout dire, cha n' s'rot sûr'mint pas eun' rute idée in ch' momint ed'... juer à billons, sauf in salle. Et ouais, el' daine alle est tout' frèque, bein touquée (trempée) et cha n'irot pas du tout pou cha. Id' n'a qui sav't'nt ed'jà ed' cho que j' vas chi causer, mais pas tous j'in sus presque sûr... Donc, ein va layer (laisser) ed' côté chés consoles ed' ju vidéos pou arvénir à quetcosse ed' pus sain pou chés z'yux : ein viux ju in bos, si ein peut dire !

Pou k'mincher, i faut chi savoir qu' selon qu'ein s' treufe à Cambrai, à Quiévy, à Camphin,etc... ech' ju-là i prénot ed' z'appellations locales. Et ch' t'ainsi qu'ein peut quère ed'sur chés variantes-là : "chés boges", "juer à bilbotiau" ou core "al boîge", "à bricotiau"..., mais tout cha désine ein seu et mân.me ju qu'ein appell'ra chi eun' partie ed' billons, exact'mint comme min Mononcque, originaire ed' Quiévy i dijot.Salle de billons

Bon, assez traîné mes gins... Quo cha n'est qu' cha que ch' billon ? Ch'est tout simpe, savez. Tertous, si i voulot, i pourrot n'ein faire ein à s' mason, dins ch' l'atelier. Pou cha, i faut ein rute morciau ed' bos, arsannant à eun' massue. Chés billonneux, eusses, i jut'tt'nt vec des billons in carne (charme) ou des fos du fau (hêtre). In admettant qu' cha vos dit d'ein "fustailler" (tourner) ein, arténez bein chés diminsions : pas pus long qu' 85 cm pou un pods situé intre 2,7 et 2,9 kg. Ch'est toudis el' mân.me diminsion ed'puis ch' 19ème sièque, époque duqu' nou billon i est né, aux alintours ed' Douai, Cambrai...

Allez, ein va dire qu' vos avez défini (terminé) vou ouvrache. J'avos jusse oblié ed' vous dire qui n'ein fallot deusses ed' billons par personne ! Asteure, i va falloir treuvé ed' z'adversaires. Ch'est pas trop dur, ech' ju-là, cha peut s' pratiquer à partir ed' deux jueux. Mais bein souvint, cha s' rouffe (bat) deusses conte deusses, comme quind ein jue à pétanque...

Livre BillonneuxVous v'là à quate jueux ed' billons, ein peut vous z'app'ler asteure "billonneux". Chés gins i vont vous raviser bizarr'mint, ch'est normal, mi cha m'a fait el' mân.me impression el' peurmière fos. Mais i vont s'habituer. Donc, chaque jueux i n'a ses deux billons. Ein dins chaque main. I va falloir cacher eun' "piste" d'au moins dix mètes ed' long (in réalité, el' règue alle impose 9 mètes), et ed'sur de l' tierre battue. Naturell'mint comme tout l'monte i n'a el' mân.me "massue", i va chi falloir différincier chés billons. Et là, core eun' fos, tout simp'. Chacun i va numéroter ses projectiles vec eun' ou deusses rainures, in n'hésitint mi à utiliser chés couleurs pou qu' cha sot pus aisé à arconnaîte.

Insuite, el' règue alle est facile à arténir. D'abord, l'ordre ed' sabouler (lancer) d' chés jueux, i est toudis el' mân.me. Et l' but ch'est d' sabouler sin billon el' pus près possipe d'eun' cipe (cible), à savoir ein piquet ed' bos intiqué (planté) dins l' daine. Ein appelle cha : l'étaque.

Ech' peurmier jueux i vient ed' sabouler sin billon ed'sur l'étaque, et putôt bein plaché mes gins ! Ech' deuxième jueux (sin part'naire) i essaie ed' bonifier sin ju. 'près, ch'est à ch' z'adversaires à rintrer dins ch' ju. Cha arsan.ne vraimint à l' pétanque ! Arrife l'équipe adverse, pas continte de s' laicher méner à l'étaque ! Cha va es' crapougner (se battre) sévèr'mint. Passque dix points, ch'est vite arrivé, savez (eun' minche, ch'est 10 points, et cha peut s' juer : deux minches, el' belle). Ech' t'équipe-là, j'a bein l'impression qu'alle veut mi es' laicher faire. V'là t'y pas qui nous foutent à l'huche nou billon, prénant alors ech' point ! Etc...

El' partie alle ardoupe d'intinsité. Cha berloque (balance) sec ! Cha buque dins l'étaque, cha s' plache, cha s' fait saquer... J'a oblié ed' vos dire qu'i a eun' façon ed' sabouler sin billon. D'abord, ein tient es' massue pointe dirigée vers so et ein berloque sin billon, cul in avant. Tout' chés figures imaginap' sont permisses ! Pourvu que ch' point i seuche marqué.

Ej' vos parlais de l' pétanque. Et bein, chés "cops" ed' maîte, ch'est les mân.mes. Avec bein sûr, des termes bein appropriés. Ainsi, ein dira ed' vous qu' vos vénez ed' faire eun' rute "polka", si vou billon i saute par ed'sur ch' l'étaque, el' pointe arquéyant in plein ed'sur ech' poteau. Ein cop d' maîte quo !
Pis i a ch'ti qui va réussir à faire arbondir sin billon par ech' cul, là ein appell'ra cha "faire eun' revienne".
Sus sûr qu' vos connaichez tertous à l' pétanque l'espression "faire carreau". Et bein, là, parèle, ech' billonneux qui parviendra à incacher (chasser) ech' billon d' sin adversaire tot in plachant el' sien al' plache, d'abord cha s'ra ein rute jueux mais surtout i viendra ed' réaliser cho qu'ein appelle eun' "bourrée" (rein à vire vec el' dinsse !).
Dins vou équipe (ein peut vire aussi des triplettes, mais ch'est putôt rare), i ara p' tête ein pro de l' "rassaque", ch' t'à-dire ch'ti qui s'ra assez amaniéré (adroit) pou sabouler sin billon, pointe in avant pou faire "atterir" sin projectile ed'sur el' pointe, in "rassaquant" el' billon ed' l'aute.Billon
Ed' z'espressions, id' n'a gramint. Mi j'a querre quand ein fait "Culs à bic-bac". Et là, i fallot vraimint ête eun' biête ! I fallot que ch' billon i queut, sin cul jusse ed'vant l'étaque. J'a jamais réussi ech' cop-là !

Vos avez compris cho qui vous resse à faire pou ch' printemps... Et pis, si ein s' croise, mes gins, ein s' f'ra eun' tiote partie ed' billons, nan ? Autour d'eun' bonne tape, vec eun' guiguite. Ej' dis cha, passque mi, je m' souveins, qu' dins l' famile, à chaque fos qu'ein juot à cha ou à "diale volant" (javelot), ch' tot toudis l'occasion ed' passer ein rute momint ! Ch' tot putôt chés z'hommes qui juott'nt à billons, chés fan.mes, bien qu' connaichant el' règue, a nous am'nott'nt toudis eun' goutt' ed' jus à l' fin d'eun manche, pou nous mette du baume au cuer.

J'armercie ichi min Mononcque Freddy d'Habarcq (62) pou m'avoir donné l'occasion ed' juer à ch' ju-là. Dommache qu'ein n'est trop loin l'un l'aute, hein Mononcque ? Sinon, t'aros sûr'mint pû continuer à m' mette eun' pâtée !!

Posté par Jacky Wallart à 22:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]


23 décembre 2011

Mets l' quéniole à cuire (Noël)

Jean DaubyAllez mes gins, ar'vlà Noë, comme tous z'ans à l' mânme date. Ej' voulos jusse am'ner em' contribution à tout cho qui s' dit in ch' momint ed'sur ech' jour d'atau (fête), in vous proposant eun' canchon ed' Noë, écrite par ein grand gaillard. I s'agit ed' Jean Dauby (1919-1997). Ech' t'homme-là, i a gramint fait pou nou lanque. I a k'minché in tant qu' jornalisse in novimpe 1945, à l' suite ed' quo i est ed'venu inseignant. 1968 : nou bonhomme i s'intéresse ed' tout près à ch' patois in publiant comme ein seut (forcené) de l' poésie, eun' masse (énormément) d'artiques ed'sur ech' conteux Charles Deulin, eun' réédition ed' l'oeufe à ch' père Jules Mousseron, et plein d'autes quosses...

J'vos laisse chi vec es' quéniole, et comme ej' sais qui d' na qui débutent, jusse après cha el' traduction.

 

 

Mets m' querniole à cuire 001

 

Un oiseau qui se balançait devant ma fenêtre m'a dit :
"Va t'en voir là-haut, va-t'en voir là-haut
Dans l'étable à veaux.
A mon avis, il y aura du nouveau.

(refrain)

Mets la brioche (de Noël) à cuire, l'oie à rôtir,
Casse les noix, mets tes beaux habits
C'est Noël dans notre maison

J'ai frappé à la porte et je suis rentré dans la petite étable
Et tout ébahi, et tout ébahi,
J'ai vu, sur le foin,
Tout souriant, un petit enfant

(refrain)

Sa mère avait un caraco tout en dentelle du pays
Et un tablier, et un tablier
En satin doré
Sur son jupon de velours broché

(refrain)

Je lui ai donné une tarte au fromage et une oie farcie
Du boudin salé, du boudin sucré,
L'enfant m'a souri
J'ai dit au-revoir et merci.

(refrain)

 

 

Volà, j'espère qu' cha vous a plu. Si id'n'a qui sav't'nt juer de l' musique, i peuv't'nt s'aprouver (s'essayer), ch'est pas trop rute (compliqué). In attindant, ej' vos souhaite à tertous et tertoutes ed' passer ed' bonnes fêtes ed' Noë in famile, in m' promettant d'alleumer ein chiron (tiot cierche) à l' mémoire ed' tous cheux qui arott'nt pu ête à nou tape ech' jour-là. Joïeux Noë !

 

Posté par Jacky Wallart à 23:22 - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 novembre 2011

Ech' verpe avoir

Poster de classe d'autrefoisI a pusieux raisons pou qu' j'euche eu l'invie ed' faire ech' tiot artique-là. D'abord, passque j'a été récemmint grognon (frustré) ed' n'avoir mi pu assister à eun' esposition à Grenay ed' sur l'école dins l'temps. Insuite, passque l'aute cop, vec quéques z'amisses (comarates) ed' l'arnitoile, ein s'étot arrêté ein momint autour d'eun' question fondamintale : nou "patois" et s' n'av'nir. Ch'tot naturell'mint eun' discussion passionnée et chacun i d'allot de s' n'avis.

Bref, mi, in tous cas, j'y cros à l' pérennité ed' nou lanque. Et j' vas même chi vos dire que si j' povos, enfin, ej' veux dire si j'aros été pus près ed' min pays et non à des chintaines ed' kilomètes ed' là, j'aros sûr'mint "milité" pou essayer ed' faire accepter à chés décideux locaux d'ouvrir pou ch'ti qui in aurot manifesté l'invie, quéques classes où note lanque alle arot pu ête appréhindée ed' manière pédagogique. Mais, bon...

Chromo instituteurIn r'vinche, si i d'vot jusse in rester eun' ed' raison, j' ward'ros (garder) chelle-chi : l'amour de m' lanque à travers l'histoire ed' min pays. Cho qu'ein appelle ech' patois, ch'est sûr'mint pus important qu'ein imagine. Non seul'mint ch'est eun' impreinte généteique ed' nou passé, mais aussi ch'est assurémint el' seu vrai lien d'eun' communauté qui, quo qu'ein intinds cha et là, 'xisse bel et bien !

Mais arvénons à ch' tite. Pourquo cha ech' verpe avoir ? Passque mi, à l'école (et ch'est sûr'mint là el' pus grind ed' mes r'grets), ej' m'innuyos toudis. Cha ne m' plaijot pas du tout, je n' m' sintos pas concerné in somme. J'avos putôt querre apprinte in autodidacte. Mais ch'est vrai qu' cha finit par avoir ses limites...
Je n' diros quind mânme pas qu' cha m'euche marqué ech' t'affaire-là, mais infin, j'a quéques mauvais souv'nirs ed' gravés dins m' tiête. Et ch'est juss'mint ed' cha que j' vas parler asteure.

A l'école primaire, ej' tran.nos (trembler) ed' troulle (peur) à l'idée ed' m'artreuver à ch' tableau. Surtout in arithmétique ! El' seu matchière où j'tos fin bénache, ch'tot l'orthographe et l' grammaire. Alors, j'a eu l'idée d'imaginer eun' interrogation orale de l' maîtresse. Pou vous z'imaginer el' scène, i faut chi arténir, qu' je m' plachos toudis au fond de l' classe, in étant persuadé qu'ein finirot par m'eublier. Mais pas core ech' coup-chi...

L'orthographe facile" - Wallart, au tableau ! Nous allons vérifier votre assiduité à la conjugaison.
- Bein ouais, allez ein y va m'dame, equ' j'y répondis, asteure qu' j'étos plinté ed' vant ch' viux tableau noir, eun' cra (craie) blanque intre mes dogts.
- Vous allez me conjuguer le verbe avoir...
- Bah, cha ch'est facile alors. Mais dins queu lanque ? qu' j'y dit aussitôt pindant que l' resse de l' classe a pissot dins s' marronne.
- D'abord, Wallart, je vous ai maintes fois répété que le patois n'est pas une langue ! Vous allez me faire le plaisir de parler "comme tout le monde", à savoir notre belle langue, le français !
- Bein, ch' t'à-dire, m'dame, que je n' voudros pas vous contrarier, mais cho qu' vos app'lez ech' patois, ch'est m' lanque à mi. Jamais id' n'a eu ein autour ed' mi qui n'arot pas compris cho que j' voulos i dire...
- Wallart, vous allez me faire perdre ma patience, et mon temps par-dessus le marché. Mais, afin de vous prouver que votre "baragouinage" n'est rien comparé à la richesse de "Notre" langue, je vais vous mettre au défi. Soit, puisque vous m'avez l'air de tenir à vous exprimer de telle sorte que vous ne soyiez compris que par un nombre très limité de personnes, restez au Patois, et essayez donc de conjuguer "notre" verbe avoir... Tenez, commencez avec le conditionnel présent !
- J'aros, t'aros, i arot, ein n'arot (ou core) nos arotes, vos arotes et pis, i z'arott'nt. Veyez ? qu' j'i saboulas (lancer comme eun' fusée) aussi sec, in m'aperçevant tout'fos qu' j'étos in route à l'énerver.
- Très bien Wallart. Continuons. Toujours le même verbe, mais cette fois au subjonctif présent, si tant est que ce dernier s'emploie dans votre patois... ?
- Commint, vos rigolez m'dame. Bein sûr qu'ein l'utilisse, et souvint core ! Acoutez-chi : Qu' j'euche, equ' t'euches (in n'oblie pas ed' mette ech' l' S hein m'dame ?), qui euche, qu'ein euche, equ' t'euches, qui z'euch'tent. Ch'est toudis bon là, nan ?
- Vous m'énervez Wallart ! Vous m'énervez ! Finissons-en... Conjuguez-moi le verbe "recevoir" au présent de l'indicatif !
- Alors là, m'dame, ej' sus ein tiot peu inberné (inmerdé), si vos m' permettez, passque ch' verpe-là, i n'exisse pas dins nou lanque...
- Arrêtez de dire "Notre langue" ! Et vous voyez que votre patois est limité ? dit-elle en me toisant méchamment
- Si vos n' m'arot' pas queupé el' parole... Ej' voulos dire qu'ein n' dit pas "recevoir", ein dit "archuvoir". Et à ch' présent, cha donne : J'archos, t'archos, i archot, nos archuvons, vos archuvez, i z'archuv'f'tent...
Emploi du temps- Wallart, foutez-moi le camps à votre place, je ne veux plus vous entendre !!!!"

 

Voilà, ch'est terminé. Ej' ténos à vos dire qu' cha arot sûr'mint pu es' passer comme cha mes gins !! In attindant, prénez vou cahier ed' textes et pis pou ed'main, conjuguez-me ech' verpe "arniquer" (cacher quetcosse vec ses dogts, tripatouler qu'ein dit core) à ch' présint ed' l'indicatif !

Armerciemints à tous chés z'instits et professeux qui, je l' sais pertinemmint, font ed' lu miux possipe. Eun' salutation particulière à m'dame Wauquiez, eun' prof' ed' Mathématiques du Collège Phalempin. Qu'alle m' pardonne pou tout cho qu' j'i a fait bafier (baver) comme ronds d' capiaux...

Posté par Jacky Wallart à 23:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 novembre 2011

El' début de ch' life-là ?

Illustration GerminalEj' sors ichi un tiot peu d' chés sintiers battus d' min blog. Vos allez comprinte pourquoi. Ed'sur Facebook, jord'hui, j'a trouvé intéressant ed' rintrer dins eun parlache autour de cho qu'ein appelle, impropr'mint "le ch'ti" pou évoquer ech' patois. Mi j' préfère dire ech' rouchi ou ch' picard, pus approprié à nou langue. Ouais, j'a bein dit "langue" pass'que, bein souvint dins l' tiête ed' chés gins néophytes, ed' cheux qui doutent tout simp'mint par ignorance, ech' patois cha veut tot-d'suite dire frinçais au rabais, langue populaire, j'a même intindu un jour "langue ed' fainiant, ed' crapé" et chaque fos, ej' prenos cha comme ein borgnon d'ssus min musiau. Je n' voudros pas chi vous paraîte comme ein "croisé" picard, mais j' tenos jusse à faire eun' sorte ed' "rappel" historique.

Dessin GerminalBein sûr qu'eun' langue cha évolue toudis. Et nou picard n'échappe pas à l' règle. Cheux qui, asteure, ont core el' canche ed' causer nou parlache i peuf'tent s'in rinde compte assez facil'mint. Ein crée ed' nouviaux mots, ed' neuvelles z'espressions, mais chés bases, in gros cha resse el' mêmes. Cho qui est certain, ch'est qu' par eximpe ein n'aurot sûr'mint du mau à tout comprinte ed' nou incêtres de ch' Nord si ein faijot un bond in arrière vers es' z'années 1810. In pusse, i faut chi arténir, qu'à ch' t'époque-là, i n'avot pas el' même différince qu'asteure vec cheux qui parl'tent core nou langue, cheux qui l' comprenn'te mais qui... n'osent-te pas réponte, ed' peur de s' "diminuer", de s' sintir mal à l'aisse, enfin, vos veyez sûr'mint ed' qui j' veux chi parler... ein n'in connot tertous ! Pis, pou finir, et j'a invie ed' dire "hélas", cheux qui n' comprenn'tent vraimint rein du tout pass'que pou eusses ch'est vraimint ed'venu eun' "langue morte".

In 1810, quasimint tout l' monte i parlot nou langue régionale ou ch' patois (si vos t'nez vraimint à ch' mot-là). Asteure, forche est d' constater qu' ch'est pus tout-à-fait parèle. J' vos passe chi chés raisons ed' tout cha, car i faudrot ein life tout intier pou espliquer dins l' détal chés zévolutions d'eun' langue régionale, qu'elle seuche core vivinte (comme el' naute, ein peut l' cahuler bein haut !) ou crévée. Toujours est-il qu' j' voulos illustrer min propos ein vous proposant el' début d'ein life qu' tertous i connot. J'a fait l' choix ed' traduire ech' passache-là in deux versions. El' peurmière, bein que ch' life i a été publié in 1885, vec chés mots imploïés vers 1810 et l' deuxième, sinsiblemint vec cheux qui s' sont dév'loppés ed'puis el' fin 19ème-début 20ème jusqu'asteure. Alors, naturell'mint, ch' t'ein essai que j' fais-là. Sûr'mint qu' des fos, j' aras pris quéques largesses, mais j' sais qu' vos m'in voudrez pas. Et, histoire ed' tout comprinte, j'a eu pitié, j'a quand même mis el' version... in frinçais académique. Alors, eun' bonne lecture et surtout, n'eubliez-mi, nou "langue", alle est vraimint riche !


"Daine chele plaine, d'zous chele nuit chan étoiles, d'ainne noirté et d'ainne interfin dél encre, ain nomme suirait seu chele granne route aide Marchiennes al Montsou, dix kilomètes (note ed' l'auteur : aute mésure utilisée à l'époque mais chi volontair'mint respectée) aide pavé hachepétant tout drait, al travers chai cams aide biétra. D'vant l'ÿ, in' ravisaut mi aile sol noir, et n'avaut chele sensation aide immense horizon plat eq' per chai souffles di vint aide mars, dché rafales larges com' chur aine mer, glacées d'avaure ramouner dché lieues aide marescaus et aide tières nues..." (version adaptée par mi-même, n'ingageant qu' mi)


"Dins l' rasse plaine, par ed'ssous l' nuit sins étoiles, d'eun' obscurité et d'eun' épaisseur d'enque, ech' l'homme suivot seu el' grinte route ed' Marchiennes à Montsou, dix kilomètes ed' pavé queupant tout drot chés camps d' betterales. D'vint li, i n'avot mi vu el' daine noirte, et i n'avot el' sensation du rute horizon plat equ' par chés souffes du vint du mos d' mars, d' chés rafales larg'tes comme sur eun' mer, arfrodies d'avoir ramoné des lieues d' chés clairs et d' chés tierres nues. Auqu'ein.ne hompe d'ape n' taquot ch' ciel..." (version adaptée par mi-même, n'ingageant qu' mi)


Emile Zola, 1840-1902"Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d'une obscurité et d'une épaisseur d'encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n'avait la sensation de l'immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d'avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d'arbre ne tachait le ciel..." (Emile Zola, "Germinal", 1885)


Emile Zola, célèpe écrivain frinçais (1840-1902)


 

Germinal d'Yves Allégret

 

Chi-conte, ch' l'affiche de ch' film d'Yves Allégret "Germinal" (1963) : cheule version-là, contrair'mint à chelle qu'ein connot tertous (Claude Berri, 1993), a vu ses scènes principal'mint tournées in Hongrie, vec notammint eun' arconstitution de ch' villache ed' Montsou et ch' carreau d' Mine autour d'ein puits datant ed' 1865...

Posté par Jacky Wallart à 00:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 novembre 2011

Ech' cauderlier

Quelques outils de chaudronnerie (1)M'arv'là ! Bon j' vas pas chi vous mintir in vous affirmant qu' vos n' m'avez mi minqué... Ch'est pas de m' faute, ch'est ch' temps qui passe trop vite ! Bref, j'arssus bein prêt et surtout fin bénache d'arprinte em' pleume électronique pou vous invoyer, via ch' l'arnitoile, ed' neuvelles z'historiettes.

J'arcomminche vec' un métchier qu' tertous i connot. Mi, in tout cas, ch' tot ch' ti d' min taïon maternel (Marcel). I a fait cha tout s' vie et pou CDF Chimie (in gros, eun' branque d' chés Charbonnaches) à Mazingarpe. I étot cauderlier. Quocha n'est qu' cha ? In va l' vire tot' d'suite mes aminches...

Etau de chaudronnierJ' vas chi vos aider. Pou ch'ti qui arot eun' quéminée à s' mason, ej' sus quasimint sûr et certain, equ' sur' ech' mintiau, i traîne (p'tête à côté d'eun' lampe ed' mineur) eun' viele cas'trole in cuife (cuivre), ein pichet in étain, etc... Et bein, vos y êtes, j' vas chi vous causer ed' chés chaudronniers (in bon frinçais, comme i disott'nt ed' certains...). Et comme ch'est un vaste sujet, ej' vas core ête obligé ed' faire un tiot peu d'histoire, mais pas gramint quand même, jé n' voudros mi vous noïer !

Cauderlier. Ech' métchier-là, ed'puis s' n'origine (plusieux millénaires), i ara su traverser tout' chés z'époques. Je n' pariros mi qu' vos n'arott' pas (ou n'arot'nt pas éhu) dins vos familes respectifes, ein cauderlier. Allez, ein s' jette à l'iau camarates !

Jost Aman, le batteur de cuivreEin est là, fin bein intiqués (enfoncés) dins la Haute Intiquité et quo cha n'est qu'ein peut vire ? D'abord, ch' t'avec ech' cuife qu' nou bons z'hommes i oeuff't'nt (du verpe oeuvrer, travailler). A ch' t'époque-là, cha avot d'jà querre de s' batte et chés guerriers i s' défindott'nt d' chés borgnons (coups) archus vec' lu bouclier. Asteure, chés CRS, lu leurs i sont in plexiglas et autes matchières composites, mais dins lu temps à eusses, chés boucliers i z'étott'nt faits grâce à ed' z'alliaches (notammint ech' cuife et ch' bronsse). Tout i étot arlouqué (frappé) à l' forche des pognets (poignets). Insuite, nou cauderlier i assan.not (assimbler) chés plaques à l'aide ed' chés rivets ou chés archuqures (soudures). Pis, i fabriquot tout' un tas d'agobiles (objets divers et variés). Cha allot du co (coq) qui allot finir es' vie in haut de ch' clocher in passant par ech' caudron (chaudron) qui, li, pass'rot s' vie dins l' quéminée, occupé à cauffer ou récauffer ech' potache (sot dit in passant, ein dit potache passque ch'tot cuit dins... ch' pot).

Jusqu'à ch' 13ème sièque, ech' gros d' chés cauderliers i oeuvrott'nt quasimint qu'à l' comminte (commande), et notammint (in s'in doutot) pou chés possédints. Tiens, chés bidons (batt'ries d' cuisine), et bein alle z'étott'nt intièr'mint réalisées par eusses. Chés sièques pass'nt, et dès ch' 16ème, ein va k'mincher à vire arriver su ch' marché chés premiers z'alimbics (toudis in cuife, comme asteure du resse) : core ed' l'ouvrache pou eusses !
Comme bein des métchiers, ech' cauderlier i oeuvrot à ch' rythme ed' chés saisons. Si ein s'arrête ein instant à l'époque ed' Noë (Noël) par eximpe (bein ouais, ch'est bétôt !), nou gars i étot occupé à rabloquer (réparer) chés caudrons in vue ed' préparer el' cuisine de ch' pourchiau qu' chés gins i s'apprétott'nt à estoquer (tuer). Et sûr'mint qu'aux Brebis (vieile cité minière ed' Bully-les-Mines mais qui dot sin nom probablemint à l' présince d'él'veux d' berbis dins ch' coin-là), ch'tot el' même quosse mais là, cha s' passot in mai, époque ed' l'année duqu' chés berbis et chés maguettes (chèvres) alle donnott'nt moins d' lait, donc moins d' traval. Pas comme ach' t' heure, où chés vaques alle produis'tt'nt du lait 365 jours par an ! Mais ch' n'est pas ch' sujet...

chaudronnier itinérantDins m' région d'adoption (chés jon.nes i l'appell'nt "le Un-Six", mi ej' dis el' Charinte-Chassort !), ch' tot el' même quosse dins chés vignes : alimbics donc, mais aussi sulfateusses, etc...
Bon, ej' ssus sûr qu' vos vos imaginez là, nou cauderlier dins s' n'atelier, in route à "raccomoder" eun' vieile marmite ou in train d' fabriquer eun' pièche ed' molin pour ech' monier. Ch' tot bein souvint el' cas, mais i existot aussi chés z'imbulants. In effet, cauderlier cha pouvot aussi s'exercer ed' villache in villache, et tout cha ed'puis ech' Moïen Ache. I s' trimballot vec tout sin matériel, à pattes (à pied), in tirant es' n'âne, sin bidet (cheval), ou eun' carette à bras, pis (à partir de ch' 18ème sièque), i chifflot (siffler) dins eun' espèce ed' flûte ed' Pan bein caractéristique. Ainsi, si ein pouvot mette es' n'orelle à l' porte d'eun' mason, ein n'arot pu intinte : "Tiens, Marie, acoute ichi, ar'v'la ech' cauderlier qui passe, vas-y i am'ner tin caudron à rafistoller !".
Mais, comme d'avec tous chés travailleux itinérants, chés gins i s' méfiott'nt quand même (vire el' photo ed' droite). Car vec eusses, i trimballott'nt aussi eun' sacrée mauvaise réputation ed' voleux.

Chaudron de 1723, en plaques de cuivre rivetéesNou Nord-Pas-d'-Calais, et in particulier el' Flandre et l'Artois, vont ête el' destination principale ed' chés cauderliers du Cantal qui, vont émigrer ed' lu Auvergne. Et tout cha dès l' fin du 17ème sièque (1680). I z'avott'nt un point commun, ch'est qui z'étott'nt quasimint tous jon.nes et célibataires. Si id' n'a d'intre vous qui ont fait lu ape (arbre) généalogique, et bein sûr'mint qui z'in ont treuvé ed' z'ancêtres originaires du Cantal. Probablemint qu' vos êtes in train ed' vous ed'minder "Ah, bon ! Mais pourquo cha qu' chés gins-là i z'ont atterri dins nou tiot pays ?". Et l' réponse, mes gins, ch'est l' mânme qu' pour nos amis chés Belches et pis chés Polonais dins chés z'années 1920 : ch' traval étot lu principale motivation. Dins lu contrée, i z'étott'nt espéciallisses (spécialistes) de l' métallurgie, mais, comme asteure vec (presque) toute not' industrie qui s'in va... ailleurs in Europe ou amon d' chés Chinos (Chinois), cha périclitot lu affaire et i fallot bein treuver ed' l'ouvrache ailleurs. Dins ch' Nord, nou artisannat lainier i avot ch' vint in poupe au 18ème sièque. I fallot donc treuver rapid'mint des gins capapes ed' fabriquer ou d'arringer (réparer) chés cardes, chés pointes à déquiqu'ter (faire des chiquettes in gros) el' laine ed' chés berbis, etc. L'opportunité, alle étot tout' treuvée. El' bouque-à-n'orelles (bouche à oreilles), alle a fait el' resse...

Pour le chaudronnier, manuelIn guisse ed' conclusion, ej' voulos quand même dire qu' bein souvint, ein n'est obligé ed' quitter sin pays à cause d'ein traval qu'ein va querre ailleurs. Mi, du côté d' min Pépère Marcel, i z'étott'nt toudis restés dins lu villache (Simencourt, au sud-ouest d'Arras) au moins ed'puis l' fin du 18ème sièque et même sûr'mint ed'puis pus longtimps. Pis un jour, sin père, Auguste Truffier (1889-1961), bein qu' né à ch' pays, et bein, comme es' z'autes, i a du cacher (chercher) du traval. Et ch'est pou l' Compagnie ed' Béthune qui est parti pour ête... Mineur. A l'instar ed' chés Auvergnats, i a sûr'mint dit à sin papa el' jour où i s'in est allé oeuvré à l' Mine : "Oh, j' min vas là-bas P'pa, ch'est pas tout près d' Simincourt, mais j'arviendrais au pays assez vite...". Naturell'mint, vos vos in doutez bein, i a fait tout s' vie à l' Mine. Min Pépère i est né là, pis em' mère, pis mi, min frère, et mes deux suer' (soeurs). Et comme ein arrête pas ch' temps, et bein l' "machine à faire bouger chés gins" alle a continué sin traval. Mi, asteure, ej' sus parti à sept chints kilomètes ed' là... Et mi aussi, j'avos dit : "J' pars mais j'arviendrais au pays dins pas longtemps...". Ch'est vrai qu' des fos in confond facil'mint l'horizon avec un mirache...

                                                    (à min Pépère : Marcel Truffier, 1923-2000)

 

 

 

Posté par Jacky Wallart à 15:46 - Commentaires [3] - Permalien [#]

10 août 2011

Ech' burre

facture beurre d'Hénin-Liétard"Eh, ravisse-le li, i a sin beute (menton) à marquer ch' burre !" qu'ein pouvot intinte à l'époque, quand ch'est qu'ein voulot es' gaber (moquer) ed' l'aute grind minguerlot (grind mince) vec sin beute in pointe. Mi, quand j'étos jon.ne, j'avos querre juer à mapes (billes) dins l' cour de ch' l'école mais aussi dins l' cité. Et quand ein voulot êtes sûr ed' récupérer ses mapes à l' fin de l' partie (surtout chés biscaïens !), ein dijot avint d' k'mincher : "Allez, camarates, ein jue... pou du burre !". Et pis y'a comme cha tout ein tas d'espressions autour de ch' burre, mais ch' n'est mi el' sujet. J' vas vous parler ed' choqu'ein a tertous dins s' mason, ça j'ein sus sûr : dins ch' garde-minger électrique (frigo, quo !), dins sin meupe ed' cuisine ou au bord de l' cafe, comme amon d'min Pépère et m' Mémère ed' Grenay... In route pou ch' burre mes gins !

Sans li, j'ein connos ed' z'arcettes qui arottent pas tout à fait ech' même goût ! Et pis, mi, quand j'a l'occasion ed' cuisiner pou quiquin, ed'puis m' Charinte (aute pays du burre !) adoptive, j'arsors toudis min bon viux burrier (j'a artreuvé el' même qu' dins m' n'infance) pou mi préparer chés plats. Et ch'est là d'ailleurs eun' particularité ed' nou tiot pays que d' cuisiner au burre. Dins chés restaurants, des fos i a des collègues qui ressent tout paf (assez étonnés) de m' vire minger min fromache vec du burre, mais ch'est comme cha. Dins ch' Nord, ein maque ed' tout vec du burre ! Nan ?

Alors, jusset' mint, ch' n'est mi pas pour rein, qu ch'est dins nou tiot pays qu'ein fabrique el' plus ed' burre. Cha nous vient du fait qu' chés waréchaix (vieux mot ed' patos pou chés prés à vaques) i sont tell'mint bein arrosés pa l' drache (pluie), qu'ein fait eun' hierpe (herbe) ed' bonne qualité. Et cha, ch'est vraimint bon pou élaborer nou burre. Ej' rappelle ichi que ch' burre ch'est jusse ein mélanche ed' 80 pour chints d' matière crasse (grasse) et l' resse (reste) d'iau (eau).beurrier ancien

Dins ch' Nord, ein a quasimint toudis fait nou burre vec ech' lait d' vaque. Mais des fos, ein l' faijot in saquant (tirant) su chés pis d' maguette (chèvre) ou d' berbis (brebis). Su ch' l'arnitoile, ein peut même vire eun' boîte qui vind du fromache au lait... d' femme ! Au cas où i arot ed' z'amateux, ech' lait maternel, ch'est trinte-six grammes ed' burre par lite. Mais passons tout cha, cha m'écoeure !
Arvénons putôt à cheule arcette ed' nou burre. Cheule technique alle est toudis el' mâme. Et si l' coeur vous in dit, ej' vous consèle d'essayer cha, ch' n'est mi dur à faire.

Filtré dins ein linche fin et laissé dins l' chéraine ou ch' moussier (baratte, in patos) pindant deux jours, ech' lait i va donner par au-d'ssur (dessus) eun' matière pus régerote (légère, in viux patos), mais surtout pus crasse (grasse) : ein appelle cha el' crème. Alors, ch'est là qu'ein va ramasser cheule crème vec eun' tiote louche troée (percée). Attintion, cha dure ein momint quand même... vaut miux ête patient, mais ej' sais qu' dins ch' Nord, el' patience, cha nous connot !). Au bout d'ein momint, cha va es' séparer in deux matières : eun' dure (nou fameux burre) et eun' aute liquite, ech' lait burré (babeurre). Pou faire deux lifes (1 kg) ed' burre, i faut intre vingt et trinte lites ed' lait ! Alors, prévoyez eun' rute chéraine mes gins...

Aute expér'yince : si cha vous dit d'essayer ed' faire du fromache, ch' n'est pas pus dur. Ech' lait, i faut el' laicher pusieux jours sins y toucher, intre 15° et 18°, i va alors es' séparer tout seu in deux parties, comme vu pus haut. Mais chette fos, el' liquite qu'ein appelle sûr dins nou Nord-Pas-d'Calais (ch' t'à-dire ech' tiot-lait) et l' pus solite (ech' caillé). Ch'est vec ech' caillé qu'ein va chi povoir élaborer nou fromache, mais j'ein parl'rais ein aute cop.

grandemottedebeurreDins ch' Nord, à ch' marché des Brebis (intre Bully et Grenay), el' sam'di, mi, j'avos des fos l'occasion d'acater ech' burre qu'eun' vieile cinsière (fermière) alle faijot as' mason. Ch' tot ein vrai délice, mais il fallot vraimint es' dépêcher de l' finir, passqu'i tournot vite quand même. Mes grinds-parints, eusses, i mettott'nt toudis ech' burre, direc'et'mint sorti de ch' l'imballache in papier sulfurisé, dins lu burrier, et pis hop, au bord de l' cafe. Mais, là incore, cha dév'not assez rapid'mint rance ech' t'affaire-là. Em' Mémère, alle avot eun' rute technique pou qui s' brate (brade) pas : ch' tot ed' faire sin cuisache (cuisiner) très souvint avec !!
Et i ara fallut attinte ech' Père Pasteur, pou vire cheule technique ed' conservation évoluer. Avint li donc, comme ej' viens ed' vous l' dire, ech' burre cha dev'not vite inmangeape. Ech' burre ed'mi-sé (demi-sel) qui cont'not intre un d'mi pour chint (%) et tros pour chints d' sé, i s' conservot miux, mais pas gramint pus longtimps qu' deux mos. Par conte, ech' burre salé, qui li, rinfermot chinq pour chint ed' sé (je n' sais mi si cha 'xisse core ech' burre-là...) ein pouvot l' garder pusieux mos.

Je n' pinse pas qu' chés bonnets blancs (femmes), alle z'étott'nt si nombreusses equ' cha à faire lu burre alle-mâmes, mais cho qui est certain, ch'est qu' dins tout' chés cinsses, i avot moïen d'aller acater sin burre direc'et'mint, in même temps que ch' lait d'ailleurs.

Et j' vas chi terminer em' n'histoire ed' burre vec eun' ou deux dates, anecdotes et espressions populaires. D'abord arténez bein qu' ch'est dins nou Picardie, nou vosine el' Normindie et amon d' chés Bretons, qu'ein fait ch' meilleux burre, et incore asteure (surtout dins ch' Nord !). Si vos avez l'occasion ed' passer à Rouen, i faut pas minquer d'aller vire cheule... Tour du Beurre, ch'est eun' tour d'églisse in forme ed' motte ed' burre, bâtie à l' fin de ch' quinzième sièque. Et pourquo in forme ed' motte, em' direz-vous ? Et bein, passqu'alle avot été construite grâce à chés dons ed' chés fidèles et tout cha pou eusses avoir eun' sorte ed' passe-drot pou minger ech' burre pindant ch' carême (véridique !).
Dins ch' dernier quart du dix-neuvième sièque, neuf départ'mints seul'mint (50, 14, 76, 60, 80, 35, 29, 22 et 56) fabriquott'nt 66 000 tonnes ed' burre, soit plus equ' tous chés autes départ'mints...
Avint ch' papier sulfurisé, i avot ch' papier parafiné. Et avint cha, ein inv'loppot nou burre ed' feulles rafraiquies ed' bourdaine (bardane), ed' châtaignier ou core ed' gentiane.

Et enfin, passqu'i faut toudis eun' fin à tout, v'la chés z'espressions. Chu sûr qu' vous in connaichez plein d'autes, laichez-me z'in si cha vous dit.

"Avoir ech' burre et l'argint de ch' burre, et cho qu' vous volez d'aute ed' nou crémière !" (j'a pas osé l'écrire...)
"Faire sin burre" : à l'inverse ed' cho qu'i s' passe in ch' momint dins toutes chés Bourses !
"Minger el' morue sins burre" : pou parler ed' chés gins riches, chés possédants...
"Ti, t'armets du burre vec un cop d' fusil" (j' l'a vraimint querre chelle-là !) : pou causer ed' chés aggrippards, chés rassaque-norriture (radins) !
"S'intinte comme broute (pain) et burre" : in espérant qu' ça seuche comme cha intre mi pis vouzautes...complètement beurré

Allez, j' vas chi vous laicher. "Boukiaïe-iaïe !" (j'a souvint intindu cha étant jon.ne), ej' viens chi ed' m'arlire, mes gins, j'aros sûr'mint pas pu écrire tout cha si j'avos été... burré. Allez, à dé.

 

Posté par Jacky Wallart à 00:20 - Commentaires [4] - Permalien [#]