Illustration GerminalEj' sors ichi un tiot peu d' chés sintiers battus d' min blog. Vos allez comprinte pourquoi. Ed'sur Facebook, jord'hui, j'a trouvé intéressant ed' rintrer dins eun parlache autour de cho qu'ein appelle, impropr'mint "le ch'ti" pou évoquer ech' patois. Mi j' préfère dire ech' rouchi ou ch' picard, pus approprié à nou langue. Ouais, j'a bein dit "langue" pass'que, bein souvint dins l' tiête ed' chés gins néophytes, ed' cheux qui doutent tout simp'mint par ignorance, ech' patois cha veut tot-d'suite dire frinçais au rabais, langue populaire, j'a même intindu un jour "langue ed' fainiant, ed' crapé" et chaque fos, ej' prenos cha comme ein borgnon d'ssus min musiau. Je n' voudros pas chi vous paraîte comme ein "croisé" picard, mais j' tenos jusse à faire eun' sorte ed' "rappel" historique.

Dessin GerminalBein sûr qu'eun' langue cha évolue toudis. Et nou picard n'échappe pas à l' règle. Cheux qui, asteure, ont core el' canche ed' causer nou parlache i peuf'tent s'in rinde compte assez facil'mint. Ein crée ed' nouviaux mots, ed' neuvelles z'espressions, mais chés bases, in gros cha resse el' mêmes. Cho qui est certain, ch'est qu' par eximpe ein n'aurot sûr'mint du mau à tout comprinte ed' nou incêtres de ch' Nord si ein faijot un bond in arrière vers es' z'années 1810. In pusse, i faut chi arténir, qu'à ch' t'époque-là, i n'avot pas el' même différince qu'asteure vec cheux qui parl'tent core nou langue, cheux qui l' comprenn'te mais qui... n'osent-te pas réponte, ed' peur de s' "diminuer", de s' sintir mal à l'aisse, enfin, vos veyez sûr'mint ed' qui j' veux chi parler... ein n'in connot tertous ! Pis, pou finir, et j'a invie ed' dire "hélas", cheux qui n' comprenn'tent vraimint rein du tout pass'que pou eusses ch'est vraimint ed'venu eun' "langue morte".

In 1810, quasimint tout l' monte i parlot nou langue régionale ou ch' patois (si vos t'nez vraimint à ch' mot-là). Asteure, forche est d' constater qu' ch'est pus tout-à-fait parèle. J' vos passe chi chés raisons ed' tout cha, car i faudrot ein life tout intier pou espliquer dins l' détal chés zévolutions d'eun' langue régionale, qu'elle seuche core vivinte (comme el' naute, ein peut l' cahuler bein haut !) ou crévée. Toujours est-il qu' j' voulos illustrer min propos ein vous proposant el' début d'ein life qu' tertous i connot. J'a fait l' choix ed' traduire ech' passache-là in deux versions. El' peurmière, bein que ch' life i a été publié in 1885, vec chés mots imploïés vers 1810 et l' deuxième, sinsiblemint vec cheux qui s' sont dév'loppés ed'puis el' fin 19ème-début 20ème jusqu'asteure. Alors, naturell'mint, ch' t'ein essai que j' fais-là. Sûr'mint qu' des fos, j' aras pris quéques largesses, mais j' sais qu' vos m'in voudrez pas. Et, histoire ed' tout comprinte, j'a eu pitié, j'a quand même mis el' version... in frinçais académique. Alors, eun' bonne lecture et surtout, n'eubliez-mi, nou "langue", alle est vraimint riche !


"Daine chele plaine, d'zous chele nuit chan étoiles, d'ainne noirté et d'ainne interfin dél encre, ain nomme suirait seu chele granne route aide Marchiennes al Montsou, dix kilomètes (note ed' l'auteur : aute mésure utilisée à l'époque mais chi volontair'mint respectée) aide pavé hachepétant tout drait, al travers chai cams aide biétra. D'vant l'ÿ, in' ravisaut mi aile sol noir, et n'avaut chele sensation aide immense horizon plat eq' per chai souffles di vint aide mars, dché rafales larges com' chur aine mer, glacées d'avaure ramouner dché lieues aide marescaus et aide tières nues..." (version adaptée par mi-même, n'ingageant qu' mi)


"Dins l' rasse plaine, par ed'ssous l' nuit sins étoiles, d'eun' obscurité et d'eun' épaisseur d'enque, ech' l'homme suivot seu el' grinte route ed' Marchiennes à Montsou, dix kilomètes ed' pavé queupant tout drot chés camps d' betterales. D'vint li, i n'avot mi vu el' daine noirte, et i n'avot el' sensation du rute horizon plat equ' par chés souffes du vint du mos d' mars, d' chés rafales larg'tes comme sur eun' mer, arfrodies d'avoir ramoné des lieues d' chés clairs et d' chés tierres nues. Auqu'ein.ne hompe d'ape n' taquot ch' ciel..." (version adaptée par mi-même, n'ingageant qu' mi)


Emile Zola, 1840-1902"Dans la plaine rase, sous la nuit sans étoiles, d'une obscurité et d'une épaisseur d'encre, un homme suivait seul la grande route de Marchiennes à Montsou, dix kilomètres de pavé coupant tout droit, à travers les champs de betteraves. Devant lui, il ne voyait même pas le sol noir, et il n'avait la sensation de l'immense horizon plat que par les souffles du vent de mars, des rafales larges comme sur une mer, glacées d'avoir balayé des lieues de marais et de terres nues. Aucune ombre d'arbre ne tachait le ciel..." (Emile Zola, "Germinal", 1885)


Emile Zola, célèpe écrivain frinçais (1840-1902)


 

Germinal d'Yves Allégret

 

Chi-conte, ch' l'affiche de ch' film d'Yves Allégret "Germinal" (1963) : cheule version-là, contrair'mint à chelle qu'ein connot tertous (Claude Berri, 1993), a vu ses scènes principal'mint tournées in Hongrie, vec notammint eun' arconstitution de ch' villache ed' Montsou et ch' carreau d' Mine autour d'ein puits datant ed' 1865...